Art et inconscient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1386 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art est-il de l’inconscient mis en forme ?

« Dans l’œuvre d’art, l’inconscient se trouve dompté et assimilé :littéralement informé c’est à dire ayant reçu une forme. La mise en forme de l’inconscient n’est pas le développement de l’inconscience. Faut il dire que l’artiste s’abandonne au chaos ou au contraire qu’il essaie par la création de lui échapper ?Dans la phrase de Rimbaud : « jefixais des vertiges » il ne faut pas oublier le verbe « fixer ».
Michel Théron Initiation à l’Art (Ellipses 1993 p 44)

Au plus loin que l'on remonte, l'homme, lorsqu'il fut appelé à créer des œuvres d’art, à construire ou à bâtir, concrétisa ses intentions premières nées sans doute de l’imagination profonde, proche de l’inconscient par le dessin, le son. Il adopta la"technique du trait" pour mettre en forme ses idées sur le papier et celle du "tracé" pour la mise en oeuvre de la transformation des matériaux. celle du « chant » pour mettre en forme ses pulsions et plus tard celle de la « notation ».

On On retrouve des témoignages de ces techniques dés l’aube de l’humanité. Cette méthode de travail perdurera à travers les siècles etcertains métiers d'Art ou d'artisanat l'utilisent encore de nos jours. Souvent, les créateurs réalisent des maquettes de leur projet, mais cette matérialisation du produit fini n'est pas utilisée comme base de raisonnement ou de calcul et ne sert qu'à concrétiser des intentions inconscientes, à les rendre explicites aux yeux de leurs commanditaires.
Mais en tant queproduction de l’esprit l’art est il une simple émergence de l’inconscient et de ses pulsions une remise en forme des forces obscures de l’imagination ?Y a t il un art du chaos ou une fixation des vertiges selon des principes raisonnables ? La musique offre souvent des exemples de « fixation des vertiges » pour reprendre la citation de Rimbaud.

L’art n’est pas rationnel il plonge aux racines del’inconscient.
L’art plus que toute autre forme d’expression est capable de dévoiler les mystères, les contradictions et la complexité des forces vitales qui nous animent « il fixe des vertiges »Il révèle une réalité qui échappe à la raison, qui a ses fondements dans l’inconscient mais selon le mot de Théron, un inconscient « qu’il faut dompter ».
L’art n’est pas rationnel mais cherche un langage quipeut apparaître comme obéissant à la rationalité.
Le langage artistique et en particulier la musique contrairement au langage verbal obéit en tant que création libre à ses propres codes. Parler, écrire supposent que je me soumette à des règles linguistiques que je n’ai pas moi-même choisies ?.

L’artiste n’a pas à subir une telle contrainte. C’est pourquoi il a le pouvoir de communiquer sesidées et des sentiments que les mots ne peuvent pas traduire. La biographie de Wagner nous montre que lorsqu’il reçut l’inspiration du fameux « Prélude de Tristan » (si déterminant dans l’histoire de la musique), il subit une sorte de vertige ; soudain il compris l’importance de cet étirement de la tonalité par l’utilisation hors norme du chromatisme  Wagner dit dans ses Mémoires : « j’ai compris quemon vertige m’entraînait vers une nouvelle forme musicale » On voit que l’irrationnel de l’inspiration conduit l’artiste vers une nécessité de mise en forme pour transmettre l’inspiration.
En somme l’œuvre d’art obéit à un processus par pallier en deux temps
1 l’inspiration qui peut être du domaine de l’irrationnel
2 la mise en forme c’est à dire la recherche d’un métalangage qui peut êtrecapable de fixer pour transmettre l’expérience de l’inspiration, de l’idée première, du vertige, de l’illumination. C’est un pouvoir illimité contrairement au pouvoir de la raison qui est limité.
La science rend compte d’une infime partie de la réalité. La raison tente de donner un sens a l’activité humaine tout en étant incapable d’expliquer quelles sont les causes premières qui font que...
tracking img