Art et technique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2415 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Art et Technique
Introduction : Questions préliminaires.
Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Comment définir une œuvre d’art ? Par quels critères la distinguer d’un objet technique, d’un produit de l’artisanat, d’un produit industriel ? Les différents critères mis en avant ; originalité, absence d’utilité, caractère unique…sont sans cesse remis en question par l’art contemporain. Dès lors, faut-iladmettre que tout peutêtre de l’art ? Pourtant, intuitivement nous sentons bien la différence entre une œuvre d’art et un simple objet. L’art et la nature L’art est-il au service de la beauté naturelle ? L’art doit-il se contenter d’imiter le plus exactement possible la nature ? Son œuvre serait alors une simple reproduction, et non pas une création. Et les productions naturelles seraient toujoursdes modèles indépassables, inégalables. Pourtant, si nous admirons une œuvre d’art, est-ce parce qu’elle est une reproduction fidèle ou parce qu’elle manifeste le caractère créateur de lettre humain ? L’art et le Beau La finalité première de l’art est-elle de produire du « beau » ? Une œuvre d’art, pour être considérée comme telle, doit-elle nécessairement être belle ? Mais, il faudrait alorss’accorder sur ce qui est beau. Or, la conception du beau varie selon les époques, les cultures et les personnes. De plus, ce qui nous apparaît comme une émotion immédiate, ne passe-t-il pas par l’apprentissage de codes esthétiques ? De plus, vouloir associer l’art au beau, n’est-ce pas limiter l’art à une fonction de décoration et du même coup l’enfermer dans cette unique fonction ?

1) L’art est-ilau service du beau ?
Longtemps, le même homme s’est proclamé artisan, artiste, technicien et même ingénieur ou entrepreneur. Longtemps aussi, les qualités techniques de production, la nature des matériaux ont été les critères premiers de la valeur esthétique d’un objet. Un temple, une cathédrale, un château rassemblaient l’ensemble des savoir-faire technologiques d’une époque. La séparation quenous établissons aujourd’hui entre technique, artisanat, industrie et beaux arts est un fait récent.

La conception antique : l’art comme technique.
Le terme « art » a, dès son origine une signification ambiguë. Aristote (384 322) distingue parmi les choses produites celles qui le sont par « art » et celles qui le sont « par nature ». Celles qui le sont par nature sont celles qui ont enelles-mêmes, le principe de leur éclosion et de leur développement (ainsi la graine par rapport à l’arbre) Quant aux choses qui sont produites « par art », elles ont le principe de leur éclosion et de leur développement hors d’elles-mêmes. Le menuisier fabrique une table, le sculpteur une statue. Cette distinction aristotélicienne va être valable pendant des siècles. L’artiste-artisan produit des objets.L’artiste ne signe pas son œuvre puisque la seule véritable artiste est la Nature qui se donne à reproduire. L’art et le Beau occupent deux sphères distinctes. L’art, pendant des siècles c’est essentiellement la technique, c'est-à-dire l’ensemble des moyens artificiels utilisés par l’homme pour produire des objets. Dans cette perspective, être peintre ou sculpteur est un métier parmi d’autres :produire du « beau » n’est pas essentiellement différent de produire

des chaises ou du pain. L’artisan est même supérieur parce qu’il produit quelque chose d’utile alors que le décorateur produit un ornement qui doit être beau mais qui est tout à fait inutile. Si, pour l’homme antique, l’art se réduit à la technique c’est qu’il ne pense pas que le beau dépende essentiellement du goût des individus: le Beau est dans le monde. Monde se dit Cosmos et le Cosmos c’est l’ordre, l’harmonie, la beauté. L’artisan cherche cet ordre que dévoile le monde. Il faut ajouter que le beau n’était pas conçu comme foncièrement du Bien, donc du Vrai. Lorsque Platon cherche à transcrire l’expérience de la beauté, il passe naturellement de la beauté des corps à la beauté des âmes, et de la beauté des âmes...
tracking img