Art musulman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1443 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi le monument de Khirbat al-Mafjar peut-il constituer un exemple d’ « appropriation symbolique de la terre », selon les termes de Grabar ?

Alors que les califes omeyyades accomplissent ce qui est qualifié comme le miracle de l’Islam, en conquérant à une vitesse fulgurante les territoires du Bîlad al-sham, cette dynastie s’enrichie considérablement par les impôts et le butin. De cetenrichissement de la famille califale, en résulte un nouveau rythme de vie ; l’une des conséquences de ces acquisitions est l’édification de résidences « extra urbaines » à fonctions incertaines.
La résidence qui va retenir notre attention se situe en Palestine non loin de Jéricho. Il s’agit de khirbat al-Mafjar, elle serait associée à Al-Walid II ou à Hisham (califes de la dynastie desomeyyades), au second quart du VIIIème siècle.
Il s’agit d’une grande structure composée de trois cours intérieures à l’édifice et d’une externe face à l’entrée principale, cette cour est pourvu d’une fontaine monumentale. On y retrouve le fameux complexe palais/mosquée ainsi qu’une salle à exèdres utilisée pour les audiences et accolés à cette salle on retrouve les bains. Les premières impressions quenous donne cet édifice est cet effet d’élévation ainsi que le monumentalisme accentué par l’aspect fortifié de la résidence.
Etant qualifié comme monument dans l’énoncé, Khirbat al-Mafjar induit d’emblée la notion de marquer le territoire, destiné à perpétuer un souvenir. L’appropriation symbolique rejoint l’idée d’un désir d’appartenance sous une forme emblématique. La terre, cependant faitaussi bien référence au territoire (conquis) qu’au domaine rural ; c’est sur cette ambigüité que s’articulera la majeure partie du développement. Cette analyse restera basée sur les idées soumises par Oleg Grabar.
De par sa situation géographique ainsi que par les nombreuses caractéristiques particulières de ce monument, le sujet s’avère pertinent.
On peut donc se demander sur quels arguments deGrabar peut-on avancer Khirbat al-Mafjar comme exemple d’appropriation figuratif de ces rases campagnes conquises.
Nous verrons tout d’abord de quelles manières cet édifice symbolise l’occupation du territoire, pour ensuite observer en quoi peut-on également parler d’inscription dans le paysage rural. Nous verrons pour finir les limites de l’hypothèse de l’idée d’appropriation pure et dure desterres.

Alors que l’étendue de l’empire musulman s’accroit par les nombreuses conquêtes, le gouvernement encourage les migrations des peuples de l’Arabie vers les territoires conquis.
Ainsi les villes se peuplent de population convertie a la nouvelle religion. L’architecture des villes héritées subit des modifications dues à l’arrivée de cette nouvelle culture ; alors que dans les villesfondées, un nouveau type d’architecture se met en place.
Si l’on place Khirbat al-Mafjar dans un rapport entre sa datte estimé de construction et l’investissement des lieux, cet édifice correspondrait à ce mouvement d’appropriation des lieux.
Ce monument de par sa grandeur ainsi que par sa composition créer un effet certain sur le spectateur ; tel un désir de marquer sa présence tout en marquantles esprits.
L’effet de grandeur est justifié par la taille de l’édifice d’environs 135m de longueur sur 100m de largeur (en incluant la cour extérieure comprenant la fontaine monumentale), avec de surcroit une portée verticale soulignée par l’étage et les dômes (omniprésents dans la salle à exèdres au nord) dans cette production.
On y retrouve également une sensation de puissance caractériséepar l’aspect défensif en la présence de fortifications. Effectivement nous retrouvons dans ce bâtiment quatre tours d’angles, trois tours semi-circulaires ainsi qu’un contrefort.
L’architecture se retrouve marquer du paradigme palais/mosquée qui devient un réel automatisme à partir des califes omeyyades, de tel manière à ce qu’un des nouveaux traits de cette culture (l’Islam en tant que...
tracking img