Art roman, art gothique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les bâtiments religieux romans et gothiques en Lorraine

L’art roman et l’art gothique sont deux périodes bien définies qui caractérisent l’architecture religieuse du Haut Moyen Age. Ces deux mouvements architecturaux sont présents en Lorraine, où nous allons étudier le prieuré de Froville puis la cathédrale de Toul.

I- Un bâtiment roman : Le prieuré de Froville

L’églisepriorale de Froville constitue actuellement, après une restauration récente, l’un des meilleurs exemples des débuts de l’architecture romane en Lorraine. Tout débute le 14 juin 1091, jour où Odouin de Froville dut faire appel à l’évêque de Toul afin que ce dernier fasse rédiger une charte pour entériner sa donation à l’abbaye de Cluny. La première charte ayant disparu, une seconde, confirmant laprécédente, fut rédigée en 1091 dans laquelle l’évêque de Toul fit notamment une dotation. Peu de temps après la donation à Cluny, les premiers bâtiments monastiques et l’église furent édifiés. Mais, cette implantation clunisienne ne se fit pas sans difficultés puisque l’abbé de Moyenmoutier revendiqua le petit prieuré dès sa création. La communauté reçut rapidement un certain nombre de bien, utiles pourleur survie.
Le prieuré de Froville s’articule autour de différents éléments médiévaux. En effet, l’époque romane nous a légué un massif clocher ainsi qu’une nef d’une rare sobriété. L’époque gothique plus riche, se compose d’un portail, d’un chœur plus vaste, d’une chapelle seigneuriale et d’un cloître modeste. Son plan et son orientation, typiques de l’époque romane, sont des signesmultiples. L’église symbolise le corps du Christ, la tête étant représentée par l’abside. L’église romane est traditionnellement orientée vers l’Est (ici, vers l’Est Nord-Est), vers l’aurore… De la sorte, l’église est tournée vers la clarté renouvelée chaque jour, symbole de l’espérance de la Résurrection qui vainc les ténèbres de la mort. Ainsi, cette église romane inscrit dans le paysage l’essentieldu message chrétien.

La nef adopte un plan basilical typique, hérité des basiliques romaines à trois nefs. Ce type de plan fut l’un des plus utilisés au cours du XIeme siècle. On est frappé aussitôt par le petit appareil en pierre calcaire, qui se présente partout au regard. Seuls les arcs, les chapiteaux et les sommiers des arcades de la nef centrale utilisent de grandes pierres detaille.

La nef centrale présente une alternance de supports : deux colonnes rondes pour un pilier carré. Ces colonnes et piliers maçonnés, appareillés en petits moellons calcaires sont surmontés de chapiteaux de grés (dont les faces sont tantôt légèrement arrondies, tantôt trapéziformes); de section carrée, mais aplatis (non cubique) sur les colonnes, avec les angles biseautés ; les piliersportent des chapiteaux formés par l’assemblage de deux ou quatre pierres maçonnées, raccordées aux piliers par deux chanfreins. Les arêtes des angles des chapiteaux sont saillants et se détachent nettement des surfaces courbes.

Le calcaire provient certainement d’une carrière toute proche, peut-être celles de Villacourt, Virecourt ou même Einvaux. La tradition dit que le grès de couleurlis de vin des chapiteaux pourrait provenir d’une ancienne carrière de Rozelieures ou de Flin (il ressemble assez à un grès extrait dans la région de Monthureux-sur-Saône, proche du prieuré de Relanges).
Le système d’alternance de piles, souvent employé en divers lieux à cette époque, avec notamment un plafond plat en guise de voûtement est assez typique des régions de l’Est de la France (cesystème de plafond plat se trouve aussi à Marsal).
Les colonnes et les piliers surmontés d’arcs en plein cintre offrent une succession d’arcades d’une rare pureté. Placées au-dessus des supports, dix fenêtres en plein cintre à ébrasement double et de dimensions restreintes, éclairaient, à l’origine, la nef. La surélévation des quatre côtés du cloître d’un niveau supplémentaire au XVeme siècle a...
tracking img