Article david du dictionnaire philosophique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1208 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Article DAVID, Le Dictionnaire Philosophique, Voltaire

Approche du texte : Article Philosophe
« Enthousiaste » : possédé par Dieu
« Prophète » : qui transporte la révélation
Voltaire rédige l’article Philosophe en réanimant le mythe de David. Il s’indigne de la persécution de Bayle qui a refusé de faire l’éloge du personnage biblique.
Le contenu est équivalent à l’article David mais laméthode est différente.
Contenu : évocation et accusation du personnage
Méthode : accumulation dans une seule phrase + reprise antiphrastique dans un discours direct
 Il défend Bayle et la liberté d’expression.

Introduction :

David est un mythe qui a fait généralement parler de lui.
Dans son Dictionnaire historique et critique, Bayle raconte précisément et sans jugement la vie de David.Puis, il détruit son image dans les notes.
Le texte de Voltaire est plus bref. Il choisit dans le catalogue des actions de David, les moins justifiables. Il dresse un portrait du roi mythique.
 Bayle décrit tandis que Voltaire accuse.

L’article David est ajouté en 1767, il prolonge l’article Philosophe rédigé en 1765. Le réflexion de Voltaire est fragmentée dans plusieurs articles (renvoisthématiques permanents).

La succession de faits non expliqués au présent de narration provoque une absurdité et une accumulation choquante. Voltaire se fait l’exégète (qui va chercher les origines) du mythe biblique et ôte tout crédit au texte sacré en présentant le personnage de façon tendancieuse (qui manifeste une tendance, un parti pris, un préjugé).
Enjeu : Démystifier (Détromper la victimed'une mystification, éclairer, enlever un caractère mystérieux) + Démythifier (Dépouiller de sa valeur mythique).
Problématique : On s’aperçoit que la portée critique de cet article dépasse les critiques anti-bibliques à cause de sa virulence. A travers une lecture linéaire, le but est de montrer la dimension critique, virulente et polémique.

Satiriste : qui s’érige en porteur de vérité,ridiculise
Polémiste : prend en compte l’adversaire

Analyse du texte : lecture linéaire

Paragraphe 1 :
• Litote initiale (figure privilégiée de l’ironie) « un peu scandalisé » : renvoi au scandale
• Epithète de nature (nom + expansion) « David l’oint du Seigneur » : adjectif qui renvoi au sacre
• Suite de quatre appositions : désacralise les tournures bibliques. L’accumulation diminuel’exception.
• Antithèse ou rapprochement : sacralisation « oint du Seigneur » - trivialité « quatre cents bandits ». Le décalage disqualifie le mythe.
• Parataxe (juxtaposition par un phénomène d’accumulation). Juxtaposition des faits pour induire une relation de cause à effet.
Exemple : David vole Nabal, Nabal meurt, David épouse la veuve. On pourrait croire que ce fut David qui tua Nabal mais enfait, ce dernier fut puni par Dieu.
 Voltaire n’écrit pas de mensonges mais par des choix d’écriture, il tourne David en tyran et arrange les faits. La tournure précédente incite à voir dans la succession des faits des relations cause-conséquence.
• Références bibliographiques « I Roi Chap XXV v10 » qui garantissent les faits énumérés authentiques

Paragraphe 2 :
• Suppression des causes,aucune explications
Exemple : Voltaire oublie de dire au lecteur que c’est pour sauver son peuple que David a trahi le roi Akis. – « son bienfaiteur Akis ». L’absence de scrupules indigne.
• Arrangements multiples
Exemple : Voltaire ajoute une circonstance aggravante qui n’existe pas : « pourquoi égorgeait-il les enfants à la mamelle ? ». Il donne une explication illogique : « de peur que cesenfants n’en portassent la nouvelle au roi Akis » qui relève de l’absurdité car les bébés ne savent pas parler.
• Périphrase ironique « le divin auteur juif » qui achève la discréditation de l’histoire très violemment.
• Références bibliographiques fausses : Voltaire ment.
 Une parodie de la forme biblique
 Un personnage sans foi ni loi

Paragraphe 3 :
• Périphrase « ce mandrin juif...
tracking img