Article "torture" de voltaire, dictionnaire philosophique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1703 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire : article « Torture » de Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764)

Au XVIIIème siècle, siècle des Lumières, une des principales ambitions est de répertorier les connaissances de l’époque mais aussi de lutter contre toute forme d’injustices ou d’inhumanité. Ainsi c’est à cette époque qu’apparaissent beaucoup de dictionnaires ou d’encyclopédies comme le dictionnairephilosophique de Voltaire publié en 1764. Dans l’article « torture » situé à la suite du « traité pour la tolérance », Voltaire se dresse contre cette pratique barbare à l’aide d’une argumentation que l’on ne peut pas vraiment qualifier de traditionnelle mais qui est pourtant tout aussi efficace. Mais par quels procédés notre auteur fait-il adhérer le lecteur à sa thèse ? Pour trouver la réponse à cettequestion nous étudierons dans un premier temps la structure simple du texte qui renferme une certaine variété puis nous nous tournerons vers l’argumentation originale de ce texte basée sur différents procédés.

Dans ce texte, le lecteur fait face à un narrateur externe qu’il ne peut apercevoir que lors de ses rares interventions avec l’apparition de la 1ère personne du singulier : « je ne saispourquoi » à la ligne ou 16 ou du pluriel : « nous prendre » ou « nos danseurs » aux lignes 17 et 31 mais aussi avec des remarques relatifs à son jugement personnel comme « gens comparables aux sénateurs romains » à la ligne 23. Par cet effacement volontaire, aussi accentué par l’absence de ponctuation expressive, Voltaire laisse le lecteur libre de juger par lui-même. Celui-ci doit aussi suivrel’alternance d’anecdotes et de généralisations, contenue dans ce texte qui crée un rythme entrecoupé de changements brusques de contextes, sans transitions ni liens apparents. Chaque paragraphe contient pourtant une conclusion, parfois sous la forme de citations comme à la ligne 9 « Cela fait toujours passer une heure ou deux » ou sou la forme de paroles rapportées notamment à la ligne 14 « Mon petitcœur, n’avez-vous point fait donner aujourd’hui la question à personne ? » et un objectif différent. Ces changements relancent chaque fois l’intérêt du lecteur pour ce texte déjà animé par la liberté, et le rendent dynamique.

L’article comporte donc une structure rigoureuse composée de cinq parties bien distinctes, cinq sujets différents et donc cinq façons d’aborder le sujet choisi parVoltaire. Ainsi, le texte débute par un parallèle à l’antiquité avec une référence aux romains à la première ligne « Les romains n’infligèrent jamais la torture qu’aux esclaves ». Il place par la suite la torture dans un contexte juridique et légal avec l’apparition du « Conseiller de la Tournelle » puis « d’un chirurgien » puis évolue dans le cadre privée, changement brusque qui prouve l’influence quepossède la « question ».Voltaire poursuit par une généralisation en comparant la France à l’Angleterre qui, elle, a déjà aboli la torture. L’anecdote qui suit cette généralisation sur le ton de l’ironie, place cette pratique dans un contexte très précis pour en démontrer l’absurdité. Pour finir, notre auteur conclue son texte par une référence aux siècles passés qui rapporte la torture à un actede barbarie et une explication simple sur son point de vue vis-à-vis de la France «Il n’y a point de nation plus cruelle que la française ». Cette diversité permet d’aborder le sujet sous différents aspects et donc de toucher tout le monde mais aussi d’avoir la possibilité d’utiliser différents procédés.

L’émotion contenue de Voltaire, ainsi que la façon dont il expose le sujet sont donc desprocédés efficaces pour laisser le lecteur suivre son instinct et adhérer à la cause. Notre auteur ne laisse pourtant pas son auditoire sans filets et le guide implicitement dans son raisonnement.

« Torture », même si le thème de cet article est explicité dès le titre et répété sous différentes formes à l’intérieur même du texte comme aux lignes 1, 6 et 26 « la torture » « la grande et la...
tracking img