Article : l'échec scolaire en algérie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 8 (1963 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 8 décembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L’échec scolaire en Algérie : La faute à qui.!?
Le phénomène de déperdition scolaire en Algérie est des plus inquiétants, le nombre d’exclus annuellement de l’école algérienne 
est effarant. Le système éducatif devrait donc être remis en cause.

Qu’appelle t’on échec scolaire, qu’elles en sont les causes ? 
Ce  qu’on appelle l’échec scolaire est aujourd’hui au premier plan despréoccupations, les chiffres des échecs scolaires sont alarmants, les déperditions causées par les échecs scolaires sont très importantes en Algérie causant la souffrance des parents, un complexe d’infériorité chez l’enfant et le désarroi du corps pédagogique. Et pour cause ;  A ce propos, Il nous a été donné de lire à travers un article publié par « Réflexion » durant la semaine écoulé, ce qui suit :
Selondes chiffres avancés par le syndicat autonome SNAPEST, les résultats du premier trimestre de l’année scolaire 2011-2012, ont été catastrophiques. 80% des élèves de la première année secondaire n’ont pas obtenu la moyenne lors des examens au niveau des 850 lycées répartis à travers le territoire de la wilaya. Selon le représentant du SNAPEST, 20% ont réussi à avoir la moyenne,. Un autre constat lié àl’enseignement fondamental, moins récent révèle que Les taux de redoublement recensés à l’échelle nationale sont excessifs quel que soit le niveau d’études considéré. Les taux de redoublement s’intensifient de manière démesurée à partir de la 6eme AF. Au niveau de la 9eme AF, le 1/3 des effectifs de chaque classe est composé de redoublants. Par ailleurs, on note que le 1/3 des élèves qui entrenten 1ere année de l’enseignement fondamental sera amené à abandonner ses études avant de parvenir en 9eme AF. En tout état de cause, ce ne sont que 67% des élèves qui entrent en 1ere année qui parviennent jusqu’en 9eme AF, 21% d’entre eux y parviennent sans avoir jamais redoublé et 46% après avoir redoublé une ou plusieurs fois au cours du cursus. Le rapport relève que 64% des élèves qui entrent en1ere AF feront un parcours scolaire plus ou moins complet de l’école fondamentale et la quittent sans obtenir le diplôme du BEF, près de 8% obtiendront leur diplôme sans avoir jamais redoublé et 28% après avoir redoublé une ou plusieurs fois. Les causes d’abandon sont multiples, et le facteur redoublement en constitue la principale. Comme pour les redoublements, les abandons connaissent uneintensification à partir de la 6eme AF. Cet état de fait, dont les détails sont exprimés au niveau du bilan, engendre un coefficient d‘efficacité de 63% pour faire parvenir le reste des élèves jusqu’en 9eme AF, ce coefficient est estimé à 34% lorsqu’il s’agit d’obtenir le diplôme du BEF. En d’autres termes, compte tenu des redoublements et des abandons, il faut dépenser près de 13 années d’études parélève au lieu de 8 pour le faire parvenir de la 1ere AF en 9eme AF ; il faut dépenser près de 27 années de scolarisation pour faire réussir un élève au BEF au lieu des 9 années minimum requises. On dépense donc près de 3 fois le coût idéal et théorique de fonctionnement pour ne faire parvenir que 67% des élèves d’un certain nombre d’élèves de la 1ere AF jusqu’en 9eme AF/ ans. L’association Thada(Trouble Hyperactif et Déficit de l’Attention) quant à elle rapporte que: sur cent enfants scolarisés en 1ere année, un seul obtient son baccalauréat sans redoublement et 67% sont exclus sans qualification. 

Qui échoue? A qui incombe cet échec ? L'élève,  l’enseignant, l'école, le système éducatif,  Ou tous ces intervenants ensembles ? Quelles en sont les raisons ? Comment y remédier ? 

Autantde questions auxquelles il faudra trouver des réponses afin de remédier à cette situation. Une enquête publiée dans webalgérie, a été menée en 2010 auprès de 700 élèves en difficultés scolaires, Interrogés sur leur rapport à l'école. Voici dans ce qui suit certaines de  leurs réponses. L'ennui: Un tiers des élèves interrogés disent qu'ils s'ennuient souvent, voire tout le temps à l'école. "...
tracking img