Artiste de sa vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2035 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Au cours d’une agréable soirée animée de vos chansons, des amis, unanimes et enthousiastes, ont dit de vous «  mais qu’est ce que tu chantes bien ».
Et il est possible - improbable mais possible - que dés le lendemain, vous vous soyez réveillé, convaincu d’un vrai talent de chanteur et d’une éventuelle vocation.
Pour peu que ce matin là, votre vie vous soit apparue un peu plus morose et ternequ’à l’ordinaire, un peu plus vaine aussi, vous avez adhéré à cette idée, sans aucun complexe. Le cas récent de la britannique Susan Boyle, apportant même un peu d’eau à votre moulin…
En général, ce genre de prétention ne dure pas très longtemps.
De deux choses l’une : vous avez une voix exceptionnelle et, effectivement, quelque soit votre âge, il est peut être dommage de ne pas tenter un« radio crochet », juste pour savoir ; plus certainement vous poursuiviez ce matin là, tout éveillé, un rêve à la fois confortable et totalement déraisonnable.
Heureusement, très vite quelqu’un de votre entourage, votre conjoint généralement, vous aura rappelé à la réalité. Sans aucune méchanceté, mais sans gêne non plus, cette personne, après un de vos récitals sous la douche aura dit: « Ouh là là,j’ai l’impression que le temps va virer à la pluie » Et cette simple phrase, plutôt rigolote et gentille vous a ramené illico à ce que vous êtes : un boute-en-train à la voix d’or, autour d’une paella géante.
Vous avez cessé immédiatement de rêver.
Votre conjoint se sera permis cette légère critique, irrévocable malgré tout, pour deux bonnes raisons : le monde du spectacle est un univers totalementaffolant et d’aucun ne souhaite vous voir embarquer dans une ridicule aventure, évidemment. Et puis, tout le monde, ou presque, « a » des oreilles et sait s’en servir : Même si vous chantez assez juste, il est aisé de comprendre que vous ne serez jamais Caruso !

Maintenant, il est tout à fait possible qu’un matin, pour les mêmes raisons de morosité vous vous leviez avec le rêve de devenirpeintre. Parce que la veille, simplement pour vous détendre, vous aurez exécuté une pâle copie, disons, au hasard, d’Egon Schiele, et que personne, absolument personne n’aura rien trouvé à redire.

L’ouïe est un outil intransigeant et sans pitié et il n’est pas nécessaire d’être mélomane pour entendre quand « ça sonne faux ». Un regard posé sur une « œuvre », est une toute autre affaire !
Lavue est sans doute notre sens le plus facile à berner et elle est d’une tolérance extrême car elle cherche toujours à « interpréter ».
De plus les intentions ne sont pas obligatoirement lisibles au premier coup d’œil, les canons de beauté diffèrent énormément d’un individu à l’autre et surtout, surtout, très peu de gens connaissent la peinture au point de se permettre un avis autorisé.
Votrechamp de manœuvre est donc très vaste et votre rêve peut parfaitement perdurer, indéfiniment. Et vos prétentions aussi, à tel point même que vous allez peut-être en faire une réalité… Très vite, en effet, vous recevrez des encouragements du style « ouah ! c’est super », d’un entourage ne voyant dans ce nouvel engouement qu’une démarche raisonnable et rassurante d’adulte mûr. L’épouse d’un peintreamateur me disait un jour : « au moins maintenant, je sais où il est », préférant largement ce hobby à sa passion précédente, le tournoi des six nations, qui le conduisait régulièrement avec ses copains à Cardiff et Twickenham déguisé en gaulois.

Que vous soyez ou non le fils spirituel de Schiele, vous venez d’approcher une terre réservée, une espèce de chasse gardée où il est extrêmementfacile de se prendre pour un aventurier, un chasseur de trophées, et ne pas voir qu’en réalité vous êtes, sinon le gibier, du moins une proie facile pour toute sorte de prédateurs dont vous ne soupçonnez pas du tout l’existence. Entre autre et en premier lieu, vous-même, votre pire ennemi !

Mais qu’importe ! Vous venez de marquer un essai - pour rester dans le rugby - pas vraiment entre les...
tracking img