Assomoir commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1002 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Assommoir
Le passage étudié est un extrait de l’œuvre de l’auteur naturaliste et réaliste du 20 ème siècle Emile Zola : l’Assommoir.
Il y est question de Gervaise rendant visite à son futur beau-frère et sa future belle-sœur en compagnie de Coupeau, l’homme qu’elle va épouser. Ce texte est écrit à la 3 ème personne afin de créer un effet de détachement typique du réalisme.
Les deuxfuturs époux se sont rendus à ce qui a tout l’air d’être une rencontre familiale, Gervaise semble très sensible à l’habitation dont il est question et son environnement.
Nous allons dans un premier temps nous attacher à la description de la maison telle qu’elle se présente aux yeux de Gervaise ainsi qu’à sa personnification. Puis dans un second temps nous dégagerons une métaphore de la vie deGervaise perceptible à travers les nombreux détails qui décrivent cette maison et qui prennent ici valeur de symbole.
Cet extrait confirme bien la technique de l’écriture naturaliste car on y note un sens aigu de l’observation et de la description du réel ainsi qu’un foisonnement de détails. En effet la description de la maison et des lieux est accompagnée de nombreux qualificatifs : Elle apparaitd’abord imposante car « grandie sous le ciel sans lune » avec des façades « grises », « nettoyées de leur lèpre », « badigeonnées d’ombre » et on parle de «  fenêtres closes » … La maison apparait à nos yeux vétuste et insalubre .Les couleurs présentes , principalement le gris , du jaune fade , le noir des ténèbres , nous dépeignent un tableau triste , sombre , terne et sans vie . Tout participeà l’idée de négligence et de pauvreté avec un champ lexical qui est celui de la saleté, de la dégradation et de la misère. Paradoxalement dans ce lieu sans vie, on note une certaine dynamique, un mouvement dans la description de Gervaise .Son regard semble balayer les lieux à la façon d’une caméra. Elle va de haut en bas, du sommet de la maison « grandie sous le ciel » on descend le long desfaçades pour s’attarder aux fenêtres. Puis on repart en sens inverse, «  de bas en haut » pour voir à nouveau défiler les « six paliers ». Son regard se porte ensuite vers les ateliers, pour finir dans la cour. Rien n’est statique, tout semble en mouvement, créant presque un malaise.
De simple objet la maison devient vivant car elle est fortement personnifiée. En effet on parle de «  façades nues »,« déshabillées », de fenêtres qui « dormaient » et d’autres qui « ouvraient des yeux » et les coins semblaient « loucher » .Le lecteur a réellement l’impression que la maison s’anime. Cette maison devient rapidement inquiétante. Une atmosphère lugubre, morbide et austère est instaurée. Cette habitation prend vie de manière plutôt hostile à travers le champ lexical de l’insalubre : « lèpre »,« loques », « ténèbres », « humide », « robinet mal tourné » et « glaciale ». Ici tout évoque la misère et la maladie. Les coins sont dits louchant ce qui confère un coté étrange à la maison. Pour finir elle devient une « bête de peur », « écrasante et glaciale ». A ce stade de la personnification, la maison est littéralement monstrueuse et menaçante et elle introduit un autre sentiment : la peur.Par ailleurs, cette longue description empreinte d’une atmosphère pesante et progressivement inquiétante, étrange puis menaçante relève presque du récit fantastique. En effet, à cela s’ajoute, une sensation d’observation car le sens de la vue semble être attribué à l’habitation, on parle de « fenêtres qui dorment »et d’autres qui « ouvraient des yeux et semblaient même faire loucher certainscoins ». On se sent ainsi même épié par cette construction.
A présent nous allons nous attacher un peu au sens symbolique de cette description qui nous permettra de dégager une métaphore de la vie de Gervaise. Cette maison comme nous l’avons largement développé précédemment apparait clairement comme un symbole de pauvreté et de misère mais ce n’est pas tout. Effectivement, il semblerait...
tracking img