Atelier d'ecriture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (278 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Monologue d'un coincé:

Déjà dix huit jours que je me suis installé dans mon nouvel appartement. J'évite de sortir de chez moi, lorsque je n'aiaucun but pour cela. L'idée même de croisé quelqu'un, me jugeant sur mon état physique comme psychique. Les gens m'épie. Il se retourne, parle, lorsqueje croise leur chemin. Je ne saurais dire si réellement je suis source de leur raillerie mais je le parierais très fortement pour cela. J'avoue ne pastrop chercher la conversation avec les autres car je ne saurais quoi leur dire. Je manque de conversation et je m'en veux.
Si je devais faire uneanalyse de ma personne par rapport à ce qui m'entoure je pense que je vois les autres comme un véritable obstacle à ma personne, à mes fantasme de vie, à mesenvies. Je vois les gens, les autres, l'autre comme une part non négligeable d'un jugement à apporté sur moi. Passé outre m'est impossible, les autrescomptent trop pour moi, il sont responsable d'un mal, qu'ils ne maitrisent même pas. Mal sans nom, comme des couteaux sans propriétaire. Ils rigolent,hurle, comme des animaux. Ils ont des comportement de bestiaux. Et assis, face au miroir de la vie, je succombe. Je passe le temps à observer, tout observer,sans rien négliger. J'hurle à l'intérieur, mais ma façade de glace, opaque à tout bruit insonore à toute forme de ressentis surgit à l'avant de monêtre. Elle sourit timidement aux gens, implorant, presque, leurs pitiés.

Ma timidité résulte de ma surcapacité à percevoir les autres, peut être.
tracking img