Attraction et rétention des salariés du commerce de l’alimentation : étude des salariés de la génération y peu scolarisés

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11167 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Attraction et rétention des salariés du commerce de l’alimentation : Étude des salariés de la génération Y peu scolarisés

Auteur (s) : Anne Bourhis, Denis Chênevert
Coordonnées : HEC Montréal 3000 chemin de la Côte-Sainte-Catherine Montréal (Qc) H3T 2A7 Canada

Résumé : L’attraction et la rétention des jeunes de la génération Y représentent deux enjeux majeurs pour les organisations. Lesécrits qui se penchent sur les attentes professionnelles de ces jeunes sont de nature normative, s’intéressent majoritairement aux personnes qualifiées, et se préoccupent peu de la population faiblement scolarisée ou ayant une formation professionnelle courte. Un sondage en ligne réalisé auprès de 201 employés issus de la génération Y au sein du commerce de l’alimentation au Québec, vise à comblercette lacune. Les résultats indiquent que les différences de perceptions ou de comportements sont davantage influencées par la poursuite des études que par la seule détention d’un diplôme. Ainsi, les pratiques de gestion des ressources humaines devraient tenir compte de la disparité des besoins entre les employés qui ont achevé leur parcours de formation initial et ceux qui occupent un emploi touten poursuivant leurs études. Mots clefs : Génération Y; niveau de scolarisation; pratiques de gestion des ressources humaines; engagement; mobilisation; commerce de l’alimentation.

Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier le Comité sectoriel de main-d’œuvre du commerce de l’alimentation (CSMOCA) et en particulier sa directrice générale, Laurence Zert, pour son précieux soutien dans laréalisation de cette étude.

1

INTRODUCTION :
Le marché du travail des pays industrialisés, tant en Europe qu’en Amérique du Nord, a subi d’importantes transformations au cours des dernières décennies : les changements économiques comme l’intensification de la concurrence, le passage d’une économie industrielle à une économie basée sur le savoir, l’évolution rapide des progrès techniques oul’explosion du secteur tertiaire ont eu des répercussions importantes sur le taux d’activité ainsi que sur la nature des emplois (BIT, 2008). À cela, s’ajoute l’évolution démographique qui transforme le profil de la main-d’œuvre, avec le départ à la retraite des Baby-boomers et l’arrivée sur le marché du travail de la génération Y (Bourhis, 2007). Dans un contexte de pénurie annoncée de main-d’œuvre,les organisations doivent rivaliser d’ingéniosité pour attirer et retenir les employés qui leur permettront de se démarquer dans un contexte d’affaires de plus en plus concurrentiel. La capacité d’adapter les pratiques de gestion pour répondre aux attentes des jeunes de la génération Y devient dès lors une priorité importante pour de nombreuses organisations. À cet égard, les théories del’adéquation ou de la congruence entre les personnes et leur environnement suggèrent qu’une meilleure adéquation est synonyme d’attitudes et de comportements plus positifs de la part des salariés. Plus précisément, la perception de congruence « personne-organisation » favorise l’attraction organisationnelle, l’acceptation d’une offre d’emploi, la satisfaction au travail, l’engagement organisationnel etdiminue l’intention de quitter et le roulement de personnel (Hoffman et Woehr, 2005; Kristof-Brown et al., 2005; Verquer et al., 2002). Selon cette approche, certains types de personnes (par exemple les jeunes de la génération Y) préfèrent certains types de systèmes de gestion des ressources humaines, c’est-à-dire des systèmes de gestion qui sont cohérents avec leurs valeurs, leurs besoins, leurspréférences ou leur personnalité. 2

Si plusieurs écrits existent sur les jeunes de la génération Y et leurs attentes professionnelles, la plupart s’intéressent aux jeunes hautement scolarisés se dirigeant vers des emplois qualifiés (e.g., APEC, 2009). « Tous parlent deux ou trois langues, sont extrêmement ouverts aux autres, veulent un job épanouissant qui n'entrave pas leur développement...