Attractivité des ide pour le cas du maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 57 (14053 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Attractivité des IDE pour le cas du Maroc : Eléments d’analyse et essai de modélisation

REMERCIEMENTS

Avant toute chose, il faut d'abord remercier Allah de m’avoir guidé tout au long de cette formation.

Durant la réalisation de ce mémoire, j’ai été encadré et soutenu par de nombreuses personnes .Sans elles, ce travail n’aurait jamais vu le jour.

Mes remerciements s’adressent en toutpremier lieu à mon professeur encadrant Monsieur Saïd Toufik qui a accepté de diriger mon mémoire et m’a encouragé tout au long de mon travail. Son soutien et la confiance qui m’a accordé sont autant d’éléments qui m’ont permis de progresser.

Ma gratitude va également à tous mes ami(e)s qui m’ont soutenu dans une ambiance cordiale et familiale, et que je me rappellerai avec plaisir.

Enfinj’aimerai remercier mes parents qui m’ont toujours encouragé et aider à poursuivre mes études jusqu’au bout. Sans leur soutien et leur encouragement je n’aurai jamais pu tenir jusqu’à ce jour.

2

Attractivité des IDE pour le cas du Maroc : Eléments d’analyse et essai de modélisation

Introduction

Le Maroc a connu depuis son indépendance des progrès non négligeables que beaucoupd’observateurs ne mettent pas assez en exergue. Cependant, ces progrès, ne sont pas suffisants pour parler d’un véritable décollage de l’économie marocaine. Par ailleurs, l'économie marocaine a toujours été considérée comme étant la plus libérale et la plus ouverte de tous les pays du Maghreb. Elle est celle dont les structures productives, commerciales et bancaires sont les plus conduites par l'initiativeprivée et les plus exposées aux marchés étrangers. Cette double vocation, libérale et mondiale est due particulièrement à la place dominante occupée par le Maroc dans la production et l'exportation du phosphate, au choix politique fondamental du Maroc d'entretenir des relations étroites avec le reste du monde et particulièrement avec l'Occident et à l’existence d’une forte bourgeoisie foncière,industrielle, commerciale et financière. Le Maroc aujourd’hui entre dans une phase relativement délicate de son développement. Il s’est en effet engagé dans un processus d’ouverture sans précédent (signature d’accords d’association avec l’Union européenne, les Etats-Unis, la Turquie, ou encore avec certains pays arabes à travers l’accord d’Agadir ….), cependant son système productif ainsi que le contenude ses échanges extérieurs demeurent typiques d’un pays en développement. Cette ouverture nous paraît fondamentale car elle peut générer une croissance forte et durable à condition qu’une politique de réformes structurelles soit rapidement mise en œuvre. Cette dernière doit être claire et bien séquencée. Elle doit tenter, autant se faire que peu, de remédier aux rigidités au niveau des institutionsmais aussi des comportements, tout en veillant à ce qu’elle améliore le bien-être collectif. Les conditions qui prévalent au Maroc actuellement (faiblesse de la croissance, augmentation de la pauvreté, exacerbation des inégalités, baisse des exportations, détérioration des termes de l’échange,…) laissent à penser qu’il est difficile de placer ce dernier dans un sentier de croissance durable, enappliquant de façon non hiérarchisée les préconisations traditionnelles utilisées dans le cas de pays en transition vers l’économie de marché.

3

Attractivité des IDE pour le cas du Maroc : Eléments d’analyse et essai de modélisation

Cependant l’ancrage à l’Europe peut constituer pour l’économie marocaine une occasion unique de drainer un flux important des IDE. Cet ancrage s’estaccompagné de la mise en place d’un certain nombre de réformes macroéconomiques d’une envergure sans précédent, en particulier l’instauration des Centres Régionaux d’investissement (CRI) en 2002, ou guichet unique. Cette dernière mesure peut paraître spectaculaire dans la mesure où il y a encore 3 ans il fallait attendre plus de 50 jours pour ouvrir un business au Maroc. En 2004, un rapport de la...