Au bohneur des dames

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (395 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Résumé

Commentaire composé entièrement rédigé relatif à un extrait (chapitre 14) de Au Bonheur des Dames d'Emile Zola de "Et Mouret regardait... jusqu'à ...supprimerait le confessionnal etl'autel". Texte étudié en seconde ou en première dans le cadre des épreuves anticipées du baccalauréat.

Extrait:

Zola s'est constamment intéressé aux phénomènes sociaux de son époque : soit auxrapports entre les diverses classes sociales, soit aux évolutions industrielles, agricoles ou commerciales. C'est précisément à la naissance et au développement des grands magasins à Paris qu'il consacre leonzième roman de la série des Rougon-Macquart : Au Bonheur des Dames (...)

Sommaire:

Introduction

I) La réussite commerciale de Mouret
II) Un pouvoir inquiétant sur sa clientèle
III) Lafaiblesse déraisonnable des femmes dévorées par le besoin d'acheter et le culte de la mode

Conclusion

Texte étudié:

Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes au milieu de cesflamboiements. Les ombres noires s'enlevaient avec vigueur sur les fonds pâles. De longs remous brisaient la cohue, la fièvre de cette journée de grande vente passait comme un vertige, roulant la houledésordonnée des têtes. On commençait à sortir, le saccage des étoffes jonchait les comptoirs, l'or sonnait dans les caisses, tandis que la clientèle, dépouillée, violée, s'en allait à moitié défaite, avec lavolupté assouvie et la sourde honte d'un désir contenté au fond d'un hôtel louche. C'était lui qui les possédait de la sorte, qui les tenait à sa merci, par son entassement continu de marchandises, parsa baisse des prix et ses rendus, sa galanterie et sa réclame. Il avait conquis les mères elles-mêmes, il régnait sur toutes avec la brutalité d'un despote, dont la caprice ruinait des ménages. Sacréation apportait une religion nouvelle, les églises que désertait peu à peu la foi chancelante étaient remplacées par son bazar, dans les âmes inoccupées désormais. La femme venait passer chez lui...
tracking img