Au bonheur des dames: evolution des rapports entre denise et mourret.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2394 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Français
| | |

Comment évoluent les rapports entre Denise et Mouret ?
Une histoire contée par les Baudu :
La première fois que Denise entend parler de Mouret c’est lorsque son oncle lui parle de la façon dont il a obtenu le Bonheur des Dames : « Il conta l’histoire de cet Octave Mouret.»Mme Baudu poursuit en affirmant qu’il a tué Mme Hédouin ce qui a provoqué un sentiment de peur et demalaise chez Denise. « Denise, qui écoutait comme on écoute un conte de fées, eut un léger frisson. » (p 29 – L 740 à 741) Durant ce temps, Mouret n’entend guère parler de Denise c’est un rapport à sens unique, Denise connait donc d’abord Mouret d’une histoire qu’on lui a conté, elle en retire un sentiment de malaise en pensant à Mme Hédouin morte tuée par Mouret.
Une rencontre devant leBonheur :
Denise se trouve devant le Bonheur des Dames très embarrassée et intimidées ne sachant pas comment s’y prendre pour se faire embaucher. C’est à ce moment qu’elle croise Octave Mouret pour la première fois. Le fait qu’elle ne le reconnaisse pas lui permit d’avoir un jugement totalement neuf sur lui sans influence de l’histoire des Baudu de la veille. La première impression qu’il lui fait estmitigé entre le malaise et le charme « toute retournée par ce regard, emplie d’une émotion singulière, où il y’avait plus de malaise que de charme. » un charme provoqué par la beauté et l’élégance de l’homme et un malaise par un sentiment encore inconnu pour elle.
Premiers échanges dans le « grand magasin » :
Denise s’est finalement décidée à entrer dans le Bonheur des Dames. Elle est toujourstrès intimidée et se sent complètement perdue. Mouret qui faisait mine de discuter avec Bourdoncle et Robineau avait reconnu la jeune fille qu’il avait vu plutôt dans la rue et fut pris d’une certaine affection pour elle bien qu’il ne la connaisse pas « Mouret […] était flatté au fond du saisissement de cette fille pauvre ». Denise en apercevant Mouret se senti encore plus mal à l’aise pensant quecelui-ci le regardait avec sévérité (« Mais Denise avait levé les yeux, e elle se troubla davantage, quand elle reconnut le jeune homme qu’elle prenait pour un chef de rayon. Elle s’imagina qu’il la regardait avec sévérité. »(p62 – L 756 à 759) ).
Mouret et Denise se rencontrent à nouveau dans le rayon des confections alors que la jeune fille cherchait Mme Aurélie afin de se faire embaucher. Mouretencore influencé par son statut de patron n’ose pas défendre la jeune fille devant son personnel :  « Le fait est qu’elle n’a rien de beau, dit Mouret, n’osant la défendre, bien que touché par son extase en bas, devant l’étalage. » (p 68 – L 935 à 937 ).
Elle se sent encore très mal à l’aise devant Mouret (qu’elle prend toujours pour un chef de rayon)durant l’interrogatoire.  «  Se hasardant àlever les yeux sur Mouret […] dont la présence la troublait » . Mouret semble déjà déceler quelquechose de spécial et d’unique chez Denise :  « Mais avec son sens délicat de la femme, il sentait chez cette jeune fille un charme caché,une force de grâce et de tendresse ignorée d’elle-même. »Ce qui nous laisse déjà entrevoir ce qui pourrait se passer par la suite.
Plus tard lorsque Denise lui confirma qu’elle n’était pas envoyée par Baudu, celle-ci rit de l’absurdité d’unetelle pensée. La description de Denise se fait alors avec le point de vue de Mouret « Ses yeux gris prirent une flamme tendre, ses joues se creusèrent d’adorable faussettes, ses pâles cheveux eux-mêmes semblèrent voler, dans la gaieté bonne et courageuse de tout son être . –Mais elle est jolie ! dit tout bas Mouret »Une description très...
tracking img