Au bonheur des dames

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Présentation du plan puis résumé du livre

Au Bonheur des Dames

Au Bonheur des Dames est créé en 1822 par les frères Deleuze et est à l’époque un magasin de nouveautés (cad qui vent des tissus des soieries…). Lorsque l’ainé est mort, sa fille s’est mariée avec le fils d’un fabricant de toiles, Charles Hédouin ; et, à la mort de celui-ci, elle se marie avec Octave Mouret. Peuaprès ce mariage, l’autre frère meurt sans enfant et sa partie du magasin revient à Mme Hédouin.
Celle-ci lors d’une visite des travaux pour l’agrandissement du magasin est tombée dans un trou et est décédée suite à ses blessures ce qui laisse Octave Mouret seul propriétaire du magasin.
Suite à cela il achète les maisons qui l’entourent pour agrandir son magasin.

I. Histoire des grandsmagasins

Au 19e siècle, les grands magasins parisiens ont mis un terme à un commerce anarchique. C’est à eux que l’on doit les prix affichés, les soldes, les livraisons et encore d’autres choses.
 
Au 19e siècle, l'abolition des corporations et la révolution industrielle font souffler un vent nouveau sur la distribution. Ce grand chamboulement du commerce a fait naître des initiativesrévolutionnaires pour l’époque sur les grands boulevards. Les magasins de nouveautés proposent donc pour la première fois sous la même enseigne tout le nécessaire à la toilette féminine : draperie, soierie, mercerie, bonneterie, dentelles, fleurs…
L’essor des grands magasins est dû à l’enrichissement de la bourgeoisie à cette époque, notamment grâce aux travaux d’Haussmann. Ces grands magasins ne sont nidestinés à la noblesse car les nobles avaient des confectionneuses ni au peuple car l’humanité commune n’a pas les moyens de s’intéresser à la mode. Leur cible est donc essentiellement la bourgeoisie.
 
Les origines du nouveau commerce
Alors que les grandes filatures industrielles tout justes construites permettent la production en série et la baisse du prix des tissus, des pratiques innovantestransforment le commerce de détail. Malgré les critiques virulentes des défenseurs du petit commerce et de ceux qui y voient un lieu de perdition, le grand magasin réinvente, le commerce dans son ensemble.

Les pionniers des grands magasins
Le premier de tous sera Aristide Boucicaut. En 1852, il s'associe à l'exploitant d'un modeste magasin à l'enseigne du Bon Marché. En mettant en pratique desméthodes marketing incroyablement modernes il voit son chiffre d’affaires s’envoler. Dans le même temps, en 1855, année de l'Exposition Universelle, les Grands Magasins du Louvre ouvrent leurs portes grâce à Alfred Chauchard, suivis par La Samaritaine en 1865 d’Ernest Cognacq, et sa femme, Marie-Louise Jaÿ, ancienne employée des Boucicaut au Bon Marché, Le Printemps en 1869 créé par Jules Jaluzot etLes Galeries Lafayette en 1893 par Théophile Bader et Alphonse Kahn. En reproduisant à des prix accessibles avec leurs propres ateliers et modélistes les toilettes des élégantes, les Grands magasins inventent le prêt-à-porter.

Le Bon Marché

Le magasin fut fondé en 1838 par les frères Videau. Suite à une courte association en 1848, Aristide et Marguerite Boucicaut achètent les parts socialesdes frères Videau. En 1852, ils se lancent dans la transformation du magasin, développant alors le nouveau concept de grand magasin.

A 42 ans, avec son petit capital, Aristide Boucicaut transforma un magasin de nouveautés de 100 m2, en un grand magasin avec plus de 50 rayons (tel que cravates, ganterie, les soies, mercerie, la bonneterie, la draperie, les confections…) et environ 3 000 employésgrâce au renouvèlement continuel des capitaux.
Avec ses deux bâtiments reliés par une passerelle, le Bon Marché a une superficie totale de vente de 30 927 m2.
Le Bon Marché se distingue, toutefois, des autres grands magasins parisiens :
- d'une part, il consacre une très grande surface à la vente de produits alimentaires. L'Epicerie de Paris a, du reste, longtemps été considérée comme un...
tracking img