Aube

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1118 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Illuminations de Rimbaud
« Aube »
____________________________________________________________

______________________________

Texte :

J'ai embrassé l'aube d'été.
     Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes selevèrent sans bruit.
     La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.
     Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins: à la cime argentée, je reconnus la déesse.
     Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. À la grand'ville elle fuyaitparmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.
     En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.
     Au réveil il était midi.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1886

Éléments d’introduction et contexte :Rimbaud :
- poète révolté du 19ème siècle
- commence à écrire très jeune
- a une relation avec Verlaine

Illuminations :
- probablement écrit en 1872 et 1875
- publié par Verlaine après la mort de Rimbaud en 1886

« Aube » :
- raconte la nature au moment où la nuit bascule vers le jour

Construction du texte :

Poème en prose (7 courts paragraphes)

Les procédés rhétoriques et leurinterprétation :

|Procédés |Interprétations |
|Nombreuses occurrences de la première personne « je » |D’ailleurs le poème s’ouvre sur cette première personne. Un récit |
|(x10) |autobiographique.|
|Passé composé « ai embrassé » (l.1) |La première ligne semble résumer la promenade. Signal l’action révolue + indice |
| |temporel dans le complément du nom « d’été ». Montre l’ancrage précis dans la |
| |réalité.|
|Organisation chronologique marquée par « encore » |Progression logique de la promenade. |
|(l.2), « première » (l.5), « alors » (l.9) et « au | |
|réveil » (l.15) ||
|Les temps des verbes sont ceux du récit : « bougeait »|L’imparfait indique le cadre dans lequel l’action va se dérouler. Il y a une |
|(l.2), « était », (l.2), « quittaient » (l.3) |progression dans la promenade. |
|(imparfait), « ai embrassé » (l.1) (passé composé)et | |
|« regardèrent » (l.4) (passé simple) | |
|CL de la nature omniprésent et riche « eau » (l.2), | |
|« pierreries » (l.4), « sentier »(l.5), « sapin » | |
|(l.7), « fleur » (l.6), « coq » (l.10), « bois » | |
|(l.14), « lauriers » (l.12) | |
|Présence d’une...
tracking img