Audit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2249 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
’émergence du marché financier et boursier marocain semble devenir un attrait important
à l’investissement. Dans un même élan, la Bourse de Casablanca offre aujourd’hui de
belles perspectives de croissance et de sécurité. En effet, les différentes réformes dont a
fait l’objet notre place boursière ne sont pas sans donner un bien utile coup de pouce àl’ensemble
des activités qui s’y rattachent.

Dans un marché financier régi par les lois de l’offre et de la demande des valeurs mobilières, la
Bourse de Casablanca joue de plus en plus son rôle de lieu de rencontre entre les différentes
parties prenantes. Toutefois, l’image du marché boursier est globalement floue auprès du grand
public, du fait de laméconnaissance profonde de ses produits et de ses mécanismes de
fonctionnement. De plus, la notion de « long terme » n’est pas associée au marché boursier.
Autrement dit, la Bourse est surtout connue comme un lieu de spéculation et non comme un
espace d’investissement et d’épargne de moyen-long terme, et ce encore auprès d’un publicrelativement averti.

Les Organismes de Placement Collectif des Valeurs Mobilières sont donc nés de la nécessité de
palier à cette incertitude ressentie par les investisseurs et les épargnants une fois face aux marchés
financiers. Michel Fourier disait que « Dévoiler les intrigues de la Bourse et des courtiers, c'est
entreprendre un des travaux d'Hercule. ». Qu’en est-ildonc du citoyen Lambda ?

Au Maroc, les OPCVM se sont développés très tardivement. En effet, le Maroc a entrepris depuis
le début de la décennie 90 une profonde modernisation de son système financier.
Elle a débuté par la mise en place d'un cadre juridique rénové pour les établissements de crédit à
travers la loi bancaire de 1993, puis s'est poursuivi par la refonte del'organisation du marché
boursier selon les normes prévalentes dans les systèmes financiers développés, ainsi fut opérée:
La privatisation de la société gestionnaire de la bourse des valeurs de Casablanca,
La professionnalisation du métier d'intermédiation par la création de sociétés de bourse,
L'institution d'une nouvelle autorité de tutelle, le Conseil Déontologique desValeurs
Mobilières « CDVM »,
Enfin l'introduction d'un nouveau véhicule d'épargne pour les particuliers: les Organismes
de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM).

Depuis leur lancement effectif en 1995, les OPCVM ont connu un essor important et continuent à
jouer un rôle significatif dans le développement du marché financier marocain et connaissent unecroissance soutenue que ce soit en terme de nombre d'entités ou de volumes d'épargne drainés.
Cette évolution positive résulte de la combinaison d'un ensemble de facteurs liés, au-delà du
principe même qui préside au fonctionnement de OPCVM à savoir les avantages que procure une
gestion professionnelle de l'épargne collective, aux particularités du cadre juridique, comptable etfiscal qui régit la vie des OPCVM.


2


Ce secteur financier brassant d’importantes liquidités, il est évident de le retrouver au centre des
prérogatives de l’auditeur qu’il soit expert comptable ou commissaire aux comptes, et ce dans
une optique de renforcement de la sécurité financière relative au contrôle des comptes et à la
transparences desentités gestionnaires.

A cet effet, nous avons prévu d’articuler le présent mémoire autour du plan que vous retrouverez
dans les pages qui suivent et qui permettra de répondre à la problématique traitant de l’approche
d’audit adéquate à ces organismes spécifiques. D’après les missions menées au sein du Cabinet
Masanaoui-Mazars, une approche par le risque...
tracking img