Autisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1968 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
C’est alors que j’ai cherché à comprendre à comprendre le monde de l’autisme, pour mieux appréhender un monde d’être et de construire des besoins adaptés et des besoins spécifiques  à la prise en charge de l’autiste..
Mais avant toute chose, je me suis demandée ce que pouvais bien être l’autisme en cherchant j’ai trouvé que dans l’autisme il y à un dysfonctionnement déviant dans trois domaines :l’interaction sociale, la communication verbale et non verbale et un dysfonctionnement au niveau du comportement. Il existe un retrait social(le retrait autistique) caractéristique du syndrôme d’indifférence au monde .La communication verbale et non verbale est perturbée en quantité et en qualité. Les comportements sont restreints, répétitifs, ritualisés et stéréotypées. De plus, les autistesprésentent souvent des peurs, des troubles du sommeil et de l’alimentation, des crises de colère et des comportements agressifs. Ils ont un mode de relation particuliers avec l’environnement. Les déficiences, incapacité et désavantages, peuvent selon les cas s’estomper, se modifier, se stabiliser ou s’aggraver .

Après, je me suis demandée qu’est ce qui peut amener l’automutilation chez cetteadolescente autiste ?

J’ai rencontré une infirmière de l’hôpital de jour et qui m’expliqua qu’elle connaissait des situations d’angoisse et de frustration et que cette angoisse était paralysante pour elle se renfermant comme un étau irrémédiable insupportable.

Comment en tant que soignant réagissez- vous quant elle s’automutile ? Qu’est ce qu’elle veut nous dire à nous soignant quand elles’automutile sachant que l’automutilation est motivée par de grandes terreurs archaiques et le sentiment de frustration par rapport à la nourriture, ce qui est le cas dans l’autisme, l’incapacité à supporter la réalité extérieure .On est touché dit l’infirmière, on est blessé par ce qu’elle fait, par ce qu’elle dit. On se sent concerné , on est soi –même avec le parcours que l’on a. On s’implique avec ellecela ne veut pas dire que en tant que professionnel de santé nous n’avons pas nos émotions mais nous parlons, nous essayons de mettre des mots, de l’amener vers l’autonomie, en suivant pas à pas son évolution .Réagir, en essayant de la rassurer, de garder un minimum de distance, par le regard, la parole et le contact corporel, car ce qu’elle recherche c’est la relation fusionnelle. Il s’agit dela considérer comme un être humain avec des responsabilités.

Quel est le projet de soin que vous avez fait afin de soigner cette adolescente autiste ?

Elle a un professionnel de santé qui l’accompagne sur son lieu de travail, elle nettoie les box dans un harras. La semaine ,elle vit dans un lieu d’accueil de nuit, cela lui offre la possibilité de vivre dans un espace autre qui ressemble àla vie qu’elle aurait pu avoir dans une famille idéale et tout ce qui se vit avec l’école, la toilette, les moments de loisir, le repas du soir. Elle va à l’atelier théâtre. Le projet de soin en quelque sorte c’est rencontrer cette jeune fille, à travers la relation créée essayer de lui donner la confiance nécessaire, faisant des progrès sur le chemin de l’autonomie. C’est en s’appuyant sue ledésir du soignant qu’elle prend la confiance en elle. Et à partir de là, elle a été beaucoup moins dans les symptômes d’agression et d’automutilation et dans la communication , il y a aussi eu une évolution, elle arrive à parler.

La communication verbale et non verbale s’est développer et ont produit des effets. Le tout c’est de la rendre autonome, c’est la toucher, c’est la capter, donner du sens àson accompagnement et cela au travers d’une relation de confiance. Avec l’accompagnement des soignants , l’autiste se reconfronte à la réalité extérieure et reprend confiance en ses propres possibilités, qu’il peut oser dire et faire ce qu’il désire. Elle à également un traitement neuroleptique régulièrement améliorant les difficultés comportementales, comme l’irritabilité et l’aggressivité...
tracking img