Automne malade

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1206 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
De Ronsard à Prévert, en passant par Chateaubriand, Baudelaire et Verlaine, l’automne a inspiré des générations de poètes. Né, quant à lui, sous le signe de la Vierge qui marque le début de l’automne, Apollinaire a fait de cette saison, associée souvent au temps qui passe, à la mort, aux souffrances de l’amour et, partant, aux fins des amours, sa saison privilégiée. Il s’écritd’ailleurs : « Mon automne éternelle ô ma saison mentale ». Dans le poème « Signe », il rappelle cette idée : « Je suis soumis au chef signe de l’Automne ».
C’est pourquoi Automne malade s’inscrit naturellement dans cette optique.
II. La thématique de l’automne renouvelée par l’univers personnel du poète ;
II. Un poème d’une musicalité libre, propre, à Apollinaire.

DEVELOPPEMENT
I. Lathématique de l’automne renouvelée par l’univers personnel du poète
D’emblée, dès la première strophe, l’automne, affublé de l’épithète « malade », s’inscrit dans le thème de la maladie et de la mort. Apollinaire, interpelle cette saison qu’il aime entre toutes et lui signifie sa fin prochaine : « Tu mourras (à l’arrivée de l’hiver) : quand l’ouragan soufflera dans les roserais ; quand il aura neigé dansles vergers.
Il lui signifie en même temps sa sympathie (étymologiquement, "sympathie" signifie : "souffrir avec") par l’adjectif « adoré » et pour sa remarque pleine de commémoration : « pauvre automne ».
Remarquons également que les symboles de la vie sont ici « les roserais » et « les vergers », reflets de la splendeur de la nature.
Ajoutons aussi qu’il évite toutefois de reprendre demanière trop explicite le cliché romantique de la souf-france humaine accordée au deuil de la nature.
Deux champs lexicaux vont s’affronter dans ce poème :
 Au champs lexical de la splendeur automnal (« Vergers », « richesse », « fruits mûrs », « fruits », « cueillir », et « adoré » — où l’on retrouve « – doré » comme l’or des feuilles mortes), s’oppose celui de l’hiver destructeur aux portes del’automne finissant (« malade », « aura neigé », « blan-cheur », « neige », « tombant »).
 Mais, à mon sens, le champ lexical dominant est celui de la Mort (deux occurrences : « Tu mour¬ras », « meurs ») et de ses symboles comme les « éperviers » qui planent, aux lisières de la Mort, celui de l’éloignement (« aux lisières lointaines ») ou de la tristesse (« les cerfs ont bramé »).
 Les mots relevésci-dessous sont par couples contrastés aux vers 1/3, 4/6/7 et 15 :
 « Malade » et « adoré » au vers 1 ;
 Au vers 2, l’image de « l’ouragan » soufflant sur « les roseraies » a imagé ce couple beauté fra-gile (« les roseraies »)/rudesse des éléments (« l’ouragan ») ;
 Au vers 6, « en blancheur » (« neige »)/« richesse » ;
 Au vers 7, « de neige »/« et de fruits sûrs » ;
 Au vers 15, «fruits tombants »/« cueille ».
 Mais ce sont les vers 8 à 10 qui lèvent le voile sur le sens caché de l’élégie :
« Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé »
« Ces nixes nicettes aux cheveux verts et naines qui n’on jamais aimé » nous rappellent les « sept femmes aux cheveux verts » de “Nuit rhénane”, d’autant que les « nixes» sont les ondines de la mythologie germa¬niques, qualifiées de « nicettes », c'est-à-dire de simplettes, et de « naines », ce qui achève de leur donner un aspect inquiétant.
Par rapprochement avec “Nuits Rhénanes” et “La Loreley”, on comprend que ces créatures mythologiques sont une nouvelle incarnation de l’amour-danger, de l’amour impossible, non partagé de ces deux poèmes. Cela rappelleégalement l’« ombre fatale » de « l’épouse qui me suit » rencontrée dans le « signe » autom-nal (« Le vent et la forêt qui pleurent/toutes leurs larmes en automne feuilles à feuilles »), redisent toute la tristesse du mal d’amour. Le poète retourne donc à son profit la thèse rabattue de l’automne comme il a en-rôlé dans sa poétique la légende de la Loreley.
Dans les deux cas, il trouve dans...
tracking img