Autorité

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SUJET : Autorité, sanction, droit, indiscipline, incivilité, violence.

INTRO : L’axe principal de notre sujet porte sur l’autorité et la manière dont elle s’exerce à l’école et en classe.

Nous verrons tout d’abord les définitions possibles de l’autorité et ses différentes formes, puis nous aborderons l’approche historique de cette notion. Dans une deuxième partie nous nous intéresserons àla discipline et à la sanction pour enfin approcher les notions d’incivilité, d’indiscipline et surtout de violence.

1. L’autorité.

- Définition.

Le mot « autorité » vient du mot latin « auctoritas », dérivé du verbe augere qui signifie « élever » ou faire grandir. L’auctoritas c’est l’influence, l’ascendant, le crédit. Elle permet d’obtenir l’obéissance sans recours à la menaceou à la contrainte. Elle produit les effets de la force tout en étant le contraire même de la force.

Le mot « autorité » vient également du mot potestas qui suppose une forme de statut, de grade…Le professeur est investi d’une potestas c’est-à-dire d’un pouvoir légalement reconnu pour exercer sa fonction.

Ces deux formes d’autorité ne s’impliquent pas nécessairement. On peut avoir del’influence sans avoir un statut ou une fonction légalement reconnue. A l’inverse on peut être investi d’une autorité légale et être dépourvu de toutes formes d’auctoritas.

• Autorité et autoritarisme

Quelqu’un d’autoritaire désigne une personne qui use et abuse de la force et des punitions. Au contraire l’autorité consiste à être obéit sans recourir à la force ou le moins possible.L’autoritarisme marque souvent l’échec de l’autorité.

• Autorité et discipline.

La discipline et les sanctions sont nécessaires quand l’autorité n’est pas acceptée. Un enseignant dont l’autorité est respectée recoure peu aux sanctions. A l’inverse, l’abus de sanctions révèle souvent un manque d’autorité réelle.

• Autorité et respect.

On dit souvent qu’avoir de l’autorité c’estsavoir se faire respecter. Le maître est respecté s’il respecte ses élèves sans quoi il n’y a pas d’autorité mais pouvoir et rapport de force. La véritable autorité doit être reconnue comme voulant le bien de celui qui est soumis.

* Pour la philosophe Hannah Arendt, l'autorité est la capacité d'obtenir l'obéissance « sans recourir à la contrainte par la force ou à la persuasion par arguments ».Il s’agit d’une relation égalitaire.
L'autorité réside dans le phénomène de hiérarchie. L'autorité est donc une forme de pouvoir « juste et légitime », ce qui constitue toute la différence avec d'autres relations de pouvoir.
- Les différents types d’autorité.

• Le charisme : il désigne une autorité naturelle et immédiate, une sorte de force invisible qui émane de la personne et quiobtient de façon irrésistible, obéissance et admiration. Le charisme a cependant des limites dans le sens où l’on ne peut pas compter que sur ce trait personnel pour faire preuve d’autorité au sein de sa classe.

• L’arbitre : Il fonde son autorité sur son impartialité et sa neutralité.

• L’expert : Il fonde son autorité sur sa compétence ou son savoir.

• Le contrat :L’obéissance doit y être la plus spontanée possible selon des règles de vie établies entre élèves / enseignant et élèves /élèves en début d’année.

- D’où l’enseignant tire-t-il son autorité ?

• L’autorité du savoir : Le professeur comme expert, tire sa principale autorité de son savoir. Les élèves lui obéissent en ce qu’ils reconnaissent la supériorité de ce savoir et le besoin qu’ils en ont.Un professeur incompétent ou qui ne sait pas faire bénéficier les élèves de son savoir voit son autorité compromise.

• L’autorité statutaire ou fonctionnelle : Le professeur comme fonctionnaire est le représentant de l’état et de la loi. A ce titre il bénéficie d’une autorité déléguée par l’état. Lui obéir et le respecter, c’est obéir et respecter l’état à travers lui.

•...