Autrefois-victor hugp

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1066 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PROBLEMATIQUE: En quoi ce texte est typique d’Autrefois et rend compte du mouvement romantique.

INTRODUCTION

“Autrefois” est un poème de Victor Hugo, chef de file de l'école romantique, appartenant au 1er livre “Aurore” de son roman Les contemplations. Dans ce recueil, Victor Hugo y exprime des sentiments très personnels, ses amours de jeunesse, ses joies et ses peines. Cette oeuvre sedivise en 2 parties. Autrefois et Aujourd’hui séparés par la mort de sa fille bien aimée, Leopoldine. Voyons alors dans un premier temps en quoi ce poème trouve sa place dans Autrefois, composé de poème chantant la joie de vivre, l’amour et le bonheur de la jeunesse. Puis nous étudierons en quoi ce poème fait partie du mouvement romantique.

UN POEME TYPIQUE D’AUTREFOIS

1.Une vision

Lavision initiale est marquée par une symétrie de rythme et de sonorités ainsi que par des qualificatifs mettant en valeur une absence de fard, de recherche, de volonté de séduction “Elle était déchaussée, elle était décoiffée..” (v.1)

Champ lexical de la vue

“je crus voir une fée” (v.5)
“me regarda”(v.5)
“me regarda pour la seconde fois” (v.10)
“je vis” (v.14)

La mystérieuse vision d’une fée*Champ lexical de la beauté
“venir une fée”
“beauté”
“belle” (v.11)
“belle fille” (v.15)

La jeune fille elle même est la beauté. Le terme apparait trois fois et rythme le récit de l’idylle.

*Champ lexical de l’eau
“la rive” (v.9)
“l’eau caressait doucement le rivage!”(v.14)

Pure comme l’eau cette jeune femme nous est représentée comme une divinité des eaux.

*Champ lexicaldu sauvage
qui montre que cette jeune filles est en osmose avec la nature.
“déchaussée” (v.1)
“décoiffée” (v.1)
“pieds nus” (v.2)
“sauvage” (v.14)
“cheveux dans les yeux” (v.16)

qui ajoute un aire mystérieux a ce personnage énigmatique. L’attitude de cette jeune fille est aussi énigmatique que sa présence dans ce cadre enchanteur.

*Champ lexical du mystérieux
“parmi les joncspenchants” (v.2)
“regard suprême”
“pensive”(v.11)
“Cheveux dans les yeux”

* Anaphore: “elle était...elle était” qui montre le trouble du poète devant cette vision enchantée.

Cette vision donne lui a une rencontre amoureuse inattendue.

2. Une rencontre amoureuse

C’est en effet une rencontre inattendue.

Un lieu propice a la rencontre: les bois

*lexique de la nature
“les joncs” (v.2)“les champs” (v.4)
“arbres profonds”(v.8)
“herbe de la rive”
“au fond des vois” (v.12)
“eau”
“rivage” (v.13)
“roseaux verts” (v.14)

La foret est en effet propice a la rencontre amoureuse le sous bois est un endroit intime ou seulement “les oiseaux chantaient au fond des bois!” (v.13)
“arbres profonds” qui montre bien l’isolement. De plus la joie et l'épanouissement d’une naturevivante reine.

L'abord entre la “fée” et l’auteur

L'entrelacement du “je” et du “elle
Deux personnage sont présent: “elle” qui deviendra “tu” et le “je” représentant le poète. Puis aussi le “nous” qui symbolise l’amour universel “Quand nous triomphons”. (v.6)

L'abord se fait avec une spontanéité totale.L’auteur utilise même le:

*tutoiement: manière non civilise qui accentue le cote sauvagede la scène.

-L’auteur est d’ailleurs très direct:
“Veux-tu t’en venir dans les champs” (v.4)

Nous remarquons que le poète est le seul enonciateur, il essaye de convaincre la jeune femme de la suivre et ajoute “c’est le mois ou l’on aime.”

Les réponses de la jeune femme sont uniquement physique:
“me regarda de ce regard suprême”
“devint pensive”
“venir a moi”

Le sentimentamoureux naissant

1.Le coup de foudre
“Qui passais par la je crus voir une fée”
“regard suprême”
“riant au travers”

2.La métaphore de la nature
(v.15) nature= image sentiments du poète. Amour ou plutôt passion qui augmente.

*Le rythme régulier des alexandrins de la dernière strophe illustre parfaitement la sérénité et le bonheur partagé de cette rencontre finale; Chaque vers y est...
tracking img