Autrui et imagination

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1571 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Colle Philo
Sujet : sans l’imagination, autrui nous resterait-il invisible ?
Conseils intro : Nous verrons qu’il nous faut faire un effort d’imagination pour déchiffrer les signes que présente autrui, mais qu’ensuite dans cette nécessité de déchiffrer il y a le risque de la tromperie ou du malentendu. Nous nous demanderons finalement si ce jeu d’images entre nous et autrui ne constitue pas lecharme même de l’existence.
* Il faut restituer l’esprit du développement, il faut donner les idées, pas juste des titres. Apres les titres on les redonne : donc c’est inutile de les mettre dans l’intro. Dans l’intro il vaut mieux mettre les idées des parties, pas leurs titres.
Pour quoi la question se pose-t-elle, introduire la question.
Ne pas forcément définir tous les termes dèsl’intro, on peut les définir dans la suite du sujet.
On peut y souligner un ou quelques termes pour insister dessus ( on peut aussi faire ça dans la suite du devoir) mais pas excessivement.
Ex : « alter ego : conscience autre. »
On peut commencer par donner un exemple pour aboutir à la question : ex ici : otello.
2) Montrer le cheminement de la pensée, comment on va traiter la question, par quelenchainement d’idées ou d’arguments va-t-elle être traitée ?
On ressent le besoin de surmonter sans cesse cette séparation entre moi et autrui, et pour cela on doit faire appel à toutes nos facultés. Notamment à l’imagination qui nous permet de nous transporter hors de nous même. Or l’imagination est source d’illusion, de fausse interprétation, de sorte que pour parvenir à une saisie d’autrui, pourle rendre visible, on peut se demander si l’imagination constitue la médiation nécessaire. Quelqu’un qui manquerait d’imagination resterait-il vraiment dans l’ignorance d’autrui ? L’imagination est-elle plutôt un moyen ou plutôt un obstacle à l’accès à la conscience d’autrui comme autre conscience ?
L’imagination permet-elle de dépasser le mystère d’autrui ou au contraire renforce-t-elle sonopacité ? Ne risque t’elle pas de toujours transformer la communication en malentendu ?
La perception d’autrui passe-t-elle par l’imagination ?
L’imagination est-elle nécessaire pour pouvoir accéder à autrui ?
Autrui : autre conscience. Or la conscience est dans un corps, ce qui est perceptible de l’extérieur c’est le corps, et non la conscience immédiatement, la conscience ne peut être perçueque médiatement, de manière indirecte. Percevoir autrui c’est appréhender la présence de sa conscience.
Descartes dit «  je juge que ce sont de vrais hommes » comment juger qu’il y a là une conscience dans ces gens ? Comment entrer en contact avec cette conscience de manière à ce qu’elle nous soit rendue visible, alors qu’elle est enfermée dans cet autre corps.
Analogie : rapport entre lesphénomènes corporels et nos états d’âmes (pensées, sentiments, émotions…). On voit le corps des autres, et on infère une similitude de rapport entre le corps d’autrui et ce qui se passe dans sa conscience. Le corps est censé exprimer quelque chose : exprimer ce qui se passe dans la conscience. On a une propension à inférer, à interpréter, comme si le corps d’autrui était toujours expressif : onsuppose toujours des choses qui se basent sur les expressions du corps d’autrui.
I) Sans l’imagination autrui nous reste invisible.
Rousseau parle des gens qui manqueraient d’imagination. Comme Meursault ( L’étranger de Camus) qui semble ne pas imaginer qu’il puisse se passer qqch à l’intérieur des autres. Comme si le chemin entre lui et les autres, il n’avait pas l’imagination de le franchir. Qqnqui manque d’imagination ne peut sentir ce que sent autrui. Car pour ressentir les sentiments de l’autre il faut sortir de soi, il faut grâce à l’imagination, se projeter dans l’autre. L’imagination permet de déchiffrer les signes, les expressions des autres, être ouverts à l’expressivité.
Rousseau : « le premier langage est celui des passions » on commence par imaginer l’autre, on ne...
tracking img