Autrui

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Autrui peut-il être pour moi autre chose qu’un obstacle ou moyen ?

Il est de plus en plus rare de voir quelqu’un s’effacer de lui-même pour laisser passer avant lui une autre personne eu égard à son âge ou à sa condition. Le contraire se donne le plus souvent à observer : c'est à celui qui passera le premier. La politesse la plus élémentaire serait-elle devenue pur artifice à reléguer dans lepassé ? Serions-nous, d’une manière générale, devenus incapables de percevoir autrui autrement que comme une gêne ou un atout ?
À chacun de s'interroger : autrui peut-il être pour moi autre chose qu'un obstacle ou un moyen ?
Nous commencerons par analyser la question afin d'élaborer un cheminement qui nous permette de lui apporter une réponse en connaissance de cause. Nous serons ainsi amenés àdéterminer, pour le cas où autrui s'avérerait ne pas être susceptible d'être traité comme un obstacle et un moyen, quel autre statut il nous faudrait lui reconnaître.


Notre interrogation porte sur la relation à autrui. Elle demande d’envisager si je puis voir en lui, ou faire de lui, autre chose qu’un obstacle ou un moyen. Autrui est celui ou celle à qui je suis susceptible d’avoir affaireet qui, comme moi, est une personne. Je le considérerai comme un obstacle si je vois en lui celui qui s'interpose entre moi et ce que je cherche à faire ou atteindre. Je le considérerai comme un moyen si je vois en lui celui qui me permet de parvenir à mes fins. Il s'agit donc pour moi de savoir si mon alter ego non seulement est susceptible d’être considéré par moi sans que j'y vois une sourced'empêchement à obtenir ce que je recherche ou d'auxiliaire pour l'obtenir, mais encore s'il serait bon, légitime , que je le considère de cette manière différente.
Si nous nous posons une telle question, c'est parce qu'il existe une tendance à se servir d’autrui dans notre propre intérêt et de l’éliminer quand il nous gêne. Reconnaissons que l’essor de l'individualisme à notre époque, ainsi quecelui de l’égoïsme auquel il conduit souvent, n’arrangent rien à l'affaire. Si nous n'y prenons garde, nous sommes portés à ne plus penser qu'à nous-mêmes. Pourtant, dans le même temps, nous revendiquons à notre profit un droit inconditionnel à tous les égards du monde… Le langage lui-même nous pousse à nous mettre en avant et à faire passer les autres en second : utiliser le mot autrui pourdésigner son semblable, n’est-ce pas déjà le désigner par rapport à soi, que l’on fait passer en premier ?
En me demandant si autrui peut être pour moi autre chose qu'un obstacle ou un moyen, nous serons conduits à nous demander si je ne lui dois pas des égards que ma façon, ordinaire, de le considérer lui refuserait. Se trouvera alors posé un problème éthique de première importance, celui de l'estimeen laquelle je devrais me sentir obligé de tenir autrui.
Il conviendra de se demander d'abord à quel titre autrui pourrait être pour moi autre chose qu'un obstacle ou un moyen afin d’être à même, ensuite, de déterminer ce qu'il serait possible et légitime qu’autrui soit pour moi.


Autrui ne doit-il pas être autre chose pour moi qu'un obstacle ou un simple moyen en raison de l'aliénationqu’engendrerait pour lui le fait d'être traité de la sorte ?
De fait, si j'utilise autrui comme le moyen de parvenir à mes propres fins et que j'y parvienne, autrui est dépouillé de son humanité. En d'autres termes, il me sert et j’en profite. Supposons que je sois chef d'entreprise et que j'ai besoin de recruter du personnel. Si je ne vois dans la personne que j'embauche que le moyen d'accomplir lestâches que je lui confie, sans égard pour ses dispositions personnelles, qui lui permettraient d'occuper un poste mieux adapté à ses capacités et qui lui permettraient d’être mieux rémunéré, je le traite comme un pur moyen, je m'en sers, je l'exploite. En pareil cas, je ne traite pas mon employé comme une personne, mais comme un outil.
De la même façon, si je ne vois en autrui qu’une source...
tracking img