Aux champs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1764 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique « Vénus anadyomène »
Introduction :
Lorsqu'il évoquait sa démarche poétique, Charles Baudelaire expliquait parfois qu'il prenait de la boue pour en faire de l'or, ouvrant ainsi la poésie sur le monde du laid.
Dans son sonnet de 1870 intitulé « Vénus anadyomène », extrait du recueil des Cahiers de Douai, Rimbaud s'inscrit dans cette voie et propose un traitement personnel eticonoclaste du motif mythologique de la naissance de Vénus, universellement connu par ses expressions littéraires et picturales. Dans ce poème, considéré comme l'un des plus provocateurs de la littérature française, l'auteur se livre, en effet, à une parodie qui ouvre la voie à une poésie nouvelle.
Nous nous demanderons, en effet, en quoi cette parodie cherche à provoquer le lecteur, par le jeud'un langage nouveau, presque a-poétique, pour le conduire aux marges d'une poésie nouvelle.

Mouvement du texte :
Ce sonnet conserve une facture relativement classique outre certains effets de coupes, enjambements et rejets. Le travail de sape de Rimbaud opère ici davantage sur le rythme, le choix et l'agencement des mots et sur la non coïncidence du mètre et de la syntaxe.
Les trois premièresstrophes constituent ainsi une unique phrase consacrée au dévoilement progressivement de cette Vénus sortant des eaux. L'effet de surprise, puis de stupéfaction, est proportionné au rapprochement de ce corps. Plus le regard se précise, comme par un effet de zoom, plus les attentes du lecteur se trouvent déjouées. Cette révélation s'accompagne du dévoilement d'une nouvelle poésie, elle aussi «horrible étrangement ».
Les points de suspension, à la fin du premier tercet, marquent alors une pause, isolant le dernier tercet et ménageant ainsi la pointe, la chute que constitue le dernier vers, et le gros plan obscène sur l'anus, pourtant épiphanie (révélation) d'une poésie « belle hideusement ».
I - Un ekphrasis parodique :
A - Le détournement du tableau vers la dérision :
Le titre de cesonnet, composé du nom propre « Vénus » et de l'adjectif savant, directement issu du grec, « anadyomène », qui signifie « qui sort de l'eau », témoigne de la culture du poète et renvoie à un personnage éponyme bien connu du lecteur. Rimbaud semble ici instaurer une complicité culturelle avec son lecteur et lui proposer une reprise du motif de la naissance de Vénus, illustrée dès l'Antiquité parnombre de récits, mais aussi par le peintre Apelle, puis par Botticelli, Alexandre Cabanel, Raphael ou Titien. Le nom de vénus, déesse de l'amour, évoque immédiatement à l'esprit féminité, grâce et beauté absolue. Cette évocation en appelle également aux souvenirs littéraires du lecteur qui s'attend alors à un tableau poétique, un blason plus ou moins stéréotypé. Ce poème s'annonce comme lacélébration d'un éternel féminin, d'une Beauté divinisée.
Or ces attentes sont bousculées dès le premier vers puisque la comparaison avec le cercueil associe une certaine morbidité à la survenue de Vénus. La conque cède la place à une « vieille baignoire » indigne de la divinité et laisse attendre l'avènement d'une femme nettement plus humble. Cet objet dénature le cadre de la vision et semble inscrire letableau dans la dérision. Le tableau du poète se présente donc d'emblée comme une parodie du motif original. De la même façon le jeu sur les couleurs « vert en fer-blanc » dénature aussi le cadre, d'autant que le fer-blanc est un matériau commun, de peu de pris qui colle mal avec l'idée du sublime associé à l'image de la déesse. La femme, vieillissante, se dévoile progressivement, avec unecertaine difficulté traduite les allitérations en F/ V. La grâce semble céder la place à la lourdeur et à la maladresse. De même les « cheveux bruns » s’opposent au blond vénitien souvent attribué à Vénus.
Le poète semble s'adonner à un blason, court poème célébrant une partie du corps féminin ou évoquant le corps entier, en détaillant successivement ses différentes parties. Toutefois, le portrait...
tracking img