Aux origines du coran

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2974 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi nous avons besoin de témoignage. Stuctures de la révélation chrétienne et méthode du dialogue religieux , «Oasis» 7 (2008)
La profession de foi selon le Coran
Michel Cuypers
Il n'est pas toujours aisé de dissocier la lettre des Ecritures, et pour ce qui nous concerne ici, celle du Coran, des développements théologiques et juridiques qui se sont greffés ultérieurement sur elle.L'idée de témoignage en islam évoque en effet immédiatement la shahâda, la profession ou (littéralement) le « témoignage » de foi par lequel on devient musulman, et que tout musulman répète à longueur de vie, au point de caractériser son identité même : « Point de dieu si ce n'est Dieu et Muhammad est l'Envoyé de Dieu ». Or, cette profession-témoignage de foi ne figure pas sous cette forme condenséedans le Coran, bien que tous les éléments qui la composent s'y retrouvent, mais disséminés à travers le texte. Celui qui se convertit à l'islam doit la prononcer devant témoins, si possible devant un juge musulman, le qâdhî, en explicitant par deux fois : « Je témoigne que : point de dieu si ce n'est Dieu ; et je témoigne que : Muhammad est l'Envoyé de Dieu ». Ainsi prononcée dans un cadrejuridique, cette profession de foi réunit les deux domaines ou champs sémantiques dans lesquels se rencontrent, dans le Coran, le verbe témoigner (shahâda), avec ses dérivés (témoignage, shahâda ; témoin, shâhid ; témoin-martyr shahîd) : le domaine juridique et celuide la foi.
Appliqué au domaine juridique, le verbe « témoigner », avec son corollaire « témoin » (shâhid), concerne essentiellement laquestion du nombre et de la qualité du ou des témoins requis dans certaines situations, et les modalités du témoignage : deux hommes, ou à défaut un homme et deux femmes sont requis comme témoins d'une créance [2, 282] ; quatre témoins pour un adultère [4, 15] ; un groupe de croyants doit assister à l'exécution du châtiment du fornicateur [24, 2] ; en matière de succession, diverses formes detémoignagesont proposées [5, 106-108]. Mais ce n'est pas cet aspect juridique du témoignage qui nous retiendra ici.
Dans le domaine proprement religieux, celui de la foi, le premier de tous les témoignages est celui que Dieu se rend à lui-même. Faisant écho au livre de l'Exode, mais dans une formule qui rappelle plutôt Isaïe, « Ne suis-je pas le Seigneur ? Il n'y a pas d'autre dieu que moi, Dieu juste etsauveur [...] Je suis Dieu sans égal » [Is 45, 21-22], Dieu témoigne devant Moïse, face au buisson ardent : « Moi, je suis Dieu : point de dieu, si ce n'est Moi ! » [20, 14]. C'est pourquoi le Coran donne à Dieu le nom de « croyant » [mu'min ; 59, 23], à entendre comme « celui qui témoigne de sa propre véridicité, celui qui prononce le témoignage de foi en lui-même » (1).
Du côté des humains, letémoignage de foi remonte aux origines, lorsque Dieu scella un pacte (mîthâq) avec les premières générations humaines, leur faisant reconnaître sa seigneurie, dans un témoignage oral : « Quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam, il les fit témoigner envers eux-mêmes : "Ne suis-je pas votre Seigneur ?" Ils dirent : "Certes oui, nous en témoignons !" » [7, 172] (2). Cefaisant, Dieu fait témoigner les humains du monothéisme inscrit dans leur nature [la fitra, 30, 30]. Quand les croyants musulmans prononcent la shahâda, ils réactualisent le témoignage du pacte originel, en même temps qu'ils attestent de la connaissance innée de Dieu que celui-ci a déposée en eux, en les créant : « Dresse ton visage vers la religion en monothéiste véridique, conformément à la natureinnée (fitra) de Dieu selon laquelle il a créé les gens » [30, 30 ; trad. G. Gobillot] (3).
Le premier membre de la shahâda,« point de dieu si ce n'est Dieu », ne se trouve textuellement qu'en deux endroits du Coran [37, 35 et 47, 19], mais on trouve des variantes de même sens : « Point de dieu, si ce n'est Lui/Moi/Toi » [2, 163 ; 16, 2 ; 21, 87 ; etc.]. Et l'affirmation, sous toutes ses formes,...
tracking img