Avare

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3367 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER PEDAGOGIQUE

L’Avare
Molière

Distribution Mise en scène : Michel Dezoteux

Avec Karim Barras : Valère Frédéric Dezoteux : La Merluche, le commissaire, Maître Simon Raphaële Germser : Marianne, Dame Claude Erwin Grünspan : Cléante Christian Hecq : Harpagon Denis Laujol : La Flèche Anne-Marie Loop : Frosine Blaise Ludik : Maître Jacques Fanny Marcq : Elise Achille Ridolfi : Brind’avoine, Anselme Un spectacle du Théâtre Varia. En coproduction avec le Manège.Mons – Centre Dramatique et la Rose des Vents – Scène Nationale de Villeneuve d’Ascq

Dates : du 22 septembre au 3 octobre 2006 Lieu : Aula Magna Durée du spectacle : 2 h sans entracte Réservations : 0800/25 325 Contact écoles : Adrienne Gérard 0473/936.976 – 010/47.07.11 – adrienne.gerard@atjv.be

I. Molière, Paris,1622 – 1673
Fils de Jean Poquelin, valet de chambre et tapissier ordinaire de la Maison du Roi, Jean-Baptiste Poquelin, qui prendra plus tard le pseudonyme de Molière, fait d’excellentes études au Collège de Clermont (futur lycée Louis Le Grand). Mais dès 1643, il renonce à l’avenir bourgeois que lui garantit la jouissance héréditaire de la charge paternelle pour s’associer par contrat avec neufcomédiens, dont Madeleine Béjart et fonder la troupe de « L’Illustre Théâtre ». Après des débuts difficiles à Paris, de 1646 à 1658, la troupe parcourt la province française. En 1661, elle déménage dans la salle du Théâtre du Palais Royal et devient la Troupe du Roy. La comédie de L’Avare y a été représentée pour la première fois le 9 du mois de septembre 1668.

Harpagon est un riche bourgeois,veuf et tyrannique. Avare jusqu’à l’obsession, il ne vit que pour l’argent bien que père de deux enfants, Cléante et Elise. Cléante aime Mariane, jeune fille sans fortune. Elise aime Valère, un gentilhomme qui pour rester auprès de sa belle, s’est fait engager en qualité d’intendant du père. Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes si Harpagon n’en avait décidé autrement. Carvoilà. Monsieur Harpagon a décidé : 1/ d’enterrer (au sens propre) son argent et donc de « veiller » son magot. 2/ d’épouser Mariane. 3/ de marier sa fille à Anselme, un vieillard de ses amis. 4/ de donner femme à son fils, en la personne d’une certaine veuve. De quoi méchamment contrarier les amoureux … et comiquement l’histoire. Surtout si on ajoute à celle-ci, entre autres ingrédients et sans aucuneéconomie : de l’argent, encore de l’argent, de savoureux quiproquos, autant de vilains mensonges, de belles intrigues, des grosses colères, des disputes tonitruantes, des ruptures fracassantes, un valet narquois (le bien nommé La flèche), une entreprenante entremetteuse, un fin cuisinier … et une fin heureuse !

2

II. Trois raisons pour justifier l’entreprise de monter L’Avare
Si l’onexcepte une co-mise en scène d’un George Dandin qu’il a faite avec Marcel Delval en 1985, on peut dire que Michel Dezoteux met pour la première fois en scène une pièce de Molière, et pas n’importe laquelle : L’avare, le classique des classiques mille fois visité et revisité. La belle affaire ! Il faut donc non pas une, mais au moins trois raisons pour justifier l’entreprise : La première, nous ditMichel Dezoteux, est bien sûr d’avoir trouvé en la personne de Christian Hecq l’acteur pour jouer l’avare. La deuxième est la pièce elle-même et le désir de la traiter vraiment pour ce qu’elle est et sans fausse déférence. « Pour Harpagon tout se monnaie et Molière nous dit au cinquième acte que si tout a un prix, il est des choses qui ne doivent pas être, qui ne seront jamais des marchandises, desproduits à vendre. Et cela même au sein de familles que l’auteur nous présente riches et bourgeoises, les plus susceptibles donc de mercantilisme. L’amour a-t-il un prix ? Combien coûte un homme, une femme ? Que valent les sentiments, la bonté, la bienveillance, la santé, le plaisir reçu ou donné ? Que vaut le théâtre ? Sont-ce seulement des marchandises ? Ne les tue-t-on pas simplement en les...
tracking img