Azouz begag

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (974 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Azouz Begag est né à Lyon en 1957 de Messaouda et Bouzid Begag. Ses parents sont originaires d'Algérie, ex-ouvriers agricoles à Sétif et émigrés en France en 1949. En arrivant en France, ils pensentqu’ils y vont rester un an, gagner beaucoup d’argent, et retourner en Algérie dans une Mercedes neuve1. Cependant ils y restent jusqu'à leur mort. Azouz Begag est père de deux filles.
Il passe lesdix premières années de sa vie à Villeurbanne. Quand il a six ans, il rêve de devenir professeur. Il veut aussi être comédien, ou encore « président comme Nasser ». Son père lui répète toujours : « Moi,je travaille à l'usine, ton unique devoir est d’apprendre à l’école. Tu dois être le meilleur des meilleurs2. » À l’école, il connaît le racisme : « Les Arabes devaient travailler plus que les autresenfants, s’ils voulaient être appréciés3. » Comme ses parents ne parlent que très peu le français, ils ne savent pas que leurs enfants sont discriminés : « Ils ne nous expliquaient rien, car ils necomprenaient rien de tout ce qui se passait autour de nous. C’était nous qui leur expliquions la réalité en France4. »
Entré au collège Saint-Exupéry de la Croix-Rousse en 1967, il déménage deux ansplus tard, avec sa famille, en HLM à la cité de la Duchère à Lyon.
Azouz et ses frères passent chaque été en Algérie. Ils étudient des filières techniques pour devenir ingénieurs. Ils pensent que lasituation en Algérie va s’améliorer, et qu’ils pourront y « retourner ». Mais à mesure qu’ils grandissent, ils ont toujours moins envie de quitter la France : « Nous aimions de plus en plus la Franceet nous ne voulions plus quitter la vie que nous menions ici5. » Mais l’intégration dans la société française n’était pas facile pour autant :
Intégration[modifier]
« À 16 ou 17 ans, j’ai cherché àentrer dans la société française – ce que je n’avais pas fait dans le bidonville, puisque c’était comme si j’avais été en Algérie – parce que j’ai commencé à chercher à draguer les filles. C’est là...
tracking img