Baba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1526 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
BACCALAUREAT GENERAL

SESSION 2006-2007 (FRANCE METROPOLITAINE)

ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIE ES

Durée de l’épreuve : 1h30
Coefficient : 2

1 Usage de la calculatrice non autorisé

Vérifiez que votre sujet comporte bien 4 pages.
L’élève traitera les questions des deux thèmes obligatoires étudiés pendant l’année.

Pages1/4

1 THEME OBLIGATOIRE

LA COMMUNICATION NERVEUSE

1Traitement de l’analgésie congénitale

Document 1

L’analgésie congénitale * est une maladie très rare. Les personnes qui en sont atteintes sont partiellement ou totalement insensibles à la douleur. Elles subissent des brûlures graves, se blessent, se mordent la langue sans s’en rendre compte. N’ayant pas de système d’alarme, puisque ne percevant pas les douleurs périphériques ou internes,elles meurent à un âge précoce. Parmi les multiples causes invoquées, certaines concernent les transmissions synaptiques impliquées dans la douleur. En injectant de la naloxone qui est un analogue structural** de l’enképhaline***, à des personnes atteintes d’analgésie, on constate que le seuil de stimulation (intensité de stimulation la plus faible) nécessaire pour faire naître la douleur estdiminué.
D’après BELIN ISBN 2-7011-2885-4

*congénital : né avec ; se dit d’un caractère physique ou organique apporté en naissant (par opposition à acquis)
**analogue structural : molécule de même configuration spatiale
***enképhaline : neurotransmetteur inhibant la transmission du message nociceptif

Document 2

Electronographie d’un contact synaptique médullaire
(Microscope électronique àtransmission. Grossissement : 75000)

Page 2/4

Première question (10 points)
L’hypothèse a été émise que la naloxone rétablit chez les malades la sensation de douleur en empêchant l’action de l’enképhaline.

Saisir des informations
Recherchez dans les documents des arguments qui valident cette hypothèse.

Mettre en relation des informations pour valider une hypothèse
Expliquez comment lanaloxone agirait pour permettre aux malades de retrouver la sensation douloureuse.

Deuxième question (10 points)
Mobiliser des connaissances

Présentez sous forme d’un schéma fonctionnel légendé le circuit neuronique du message « douleur » de la naissance au niveau d’un récepteur de la peau jusqu’aux centres nerveux supérieurs.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

1314

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

Page 3/4

25

26 THEME OBLIGATOIRE

DU GENOTYPE AU PHENOTYPE APPLICATIONS BIOTECHNOLOGIQUES

1 Les gènes de l’obésité

Depuis quelques années, on sait que les souris ayant les deux copies de leur gène ob mutées sont obèses. Normalement, ce gène code une « molécule de satiété », la leptine ; elle est produite dans letissu adipeux. Quand la masse du tissu adipeux augmente trop, cette molécule agit sur un centre de la satiété* localisé dans le cerveau qui, en retour, inhibe l’appétit. Chez la souris, certaines obésités sont dues à des mutations du gène de la leptine (la molécule synthétisée est anormale donc inefficace). On a aussi montré que l’obésité résulte parfois de mutations du gène codant le récepteur de laleptine, localisé dans le cerveau ; dans ce cas, même si la molécule est normale et en quantité suffisante, elle est inefficace car son récepteur anormal ne transmet pas le signal de régulation pondérale**.
A l’institut Cochin, des chercheurs ont trouvé chez trois personnes d’une même famille, une concentration anormalement faible en leptine. Le gène codant cette molécule contenait une mutationponctuelle, et les trois personnes atteintes avaient les deux copies du gène ob mutées. Les autres membres des familles de ces personnes n’étaient pas obèses : elles avaient soit deux copies normales du gène ob, soit une seule copie mutée (la copie normale suffit alors à assurer une régulation pondérale normale).
A l’institut Pasteur de Lille, des chercheurs ont trouvé chez trois sœurs obèses...
tracking img