Baby blues

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1035 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
J’ai effectué le premier stage de ma formation d’auxiliaire de puériculture dans le service maternité d’une clinique de la région toulonnaise.
Le mardi de ma troisième semaine de stage, je travaille de 7h30 à 13h30 et, comme tous les matins, j’accueille avec l’auxiliaire de puériculture en poste, les mamans et leur bébé à la nurserie et les accompagne au cours de la toilette. Ce matin, leservice est calme, il n’y a que quatre bébés avec leurs mamans. Après la toilette du troisième, l’auxiliaire de puériculture me demande de m’occuper du dernier pendant qu’elle va préparer le linge pour la réfection des lits.
Je suis donc seule dans la nurserie lorsque Madame X arrive avec son petit garçon.
Au cours du bain du bébé la maman s’est mise à pleurer et j’ai dû trouver les mots pour laréconforter.
Dans un premier temps je vais décrire ce qui s’est passé pendant la toilette de ce bébé et dans un second temps j’analyserai cette situation en y apportant mes connaissances théoriques.

Le bébé est né à terme il y a 3 jours, c’est un premier enfant. L’accouchement s’est déroulé sous péridurale, par voie basse, sans complications et la maman qui a choisit d’allaiter son bébé a pului donner la « tétée de bienvenue ».
Elle rencontre des difficultés pour son allaitement, elle a une très forte poitrine et a du mal à positionner son bébé pour le mettre au sein et doit nous appeler à chaque tétée. Je réponds souvent à ses appels ce qui m’a permis de créer un lien avec cette patiente.
Lorsque je suis allée dans sa chambre un peu plus tôt pour lui proposer de venir faire latoilette de son bébé, elle m’a sourit mais j’ai remarqué ses yeux cernés et un petit air triste.
Quand elle arrive à la nurserie, elle est en chemise de nuit, les cheveux négligemment attachés, sans maquillage. Ses traits sont tirés, son teint est pâle. Je l’accueille avec un grand sourire et tandis qu’elle déshabille son bébé je lui demande d’un ton enjoué comment elle va et comment s’est passé ladernière tétée. Elle me répond en soupirant d’une voix lasse que c’est toujours difficile, qu’elle n’arrive pas à mettre bébé au sein seule et que ce dernier s’énerve. Je remarque alors que ses mains tremblent légèrement et que ses yeux sont larmoyants. Je ne lui dis rien à ce propos mais j’essaie de la soutenir du regard et l’encourager par le geste en lui posant une main dans le dos lorsqu’elle vapeser son bébé. Puis nous revenons au plan à langer, elle face à son bébé et moi juste à côté.
Ce dernier, comme la plupart des nouveaux nés, n’apprécie pas d’être nu et pleure.
Je réconforte la maman en lui assurant que le démarrage de l’allaitement est souvent difficile mais qu’elle va y arriver et je la guide dans ses gestes au cours du bain du bébé. Celui-ci, qui s’était calmé au contact del’eau, se remet à crier lorsque sa maman le sort pour le sécher.
Je sens que l’atmosphère est lourde et que cette maman n’est pas bien. Madame X ne parle pas, son regard fixé sur son bébé elle essaie de l’habiller mais ses mains tremblent de plus en plus, et les larmes se mettent à couler. Elle me fait de la peine, je la sens désemparée et, sur l’instant, je me sens bien seule. Je me demande sije vais savoir trouver les mots pour la réconforter et la rassurer. L’émotion m’envahit, je sens ma gorge se serrer et mes yeux me piquer mais je me dis que je ne peux pas me laisser aller à mon trouble que je suis là en tant que professionnelle et que mon rôle est d’aider cette maman. Et puis je me souviens que ses sentiments font écho en moi parce qu’en tant que maman j’ai vécu ces moments dedoutes et de découragement à la naissance de mes enfants.
Je m’approche un peu plus d’elle et lui propose de prendre le bébé dans ses bras. Nous sommes face à face, elle regarde son fils et se met à sangloter :
« Je ne comprend pas, depuis ce matin j’ai tout le temps envie de pleurer, je suis fatiguée. Je n’arrive pas à le mettre au sein, il ne mange pas. Je ne sais pas m’occuper de mon...
tracking img