Bac 2008 série l espagnol lv1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1420 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte étudié :

« Maintenant habitue-toi à la pensée que la mort n'est rien pour nous, puisqu'il n'y a de bien et de mal que dans la sensation et la mort est absence de sensation. Par conséquent, si l'on considère avec justesse que la mort n'est rien pour nous, l’on pourra jouir de sa vie mortelle.
On cessera de l’augmenter d’un temps infini et l’on supprimera le regret de ne pas être éternel.Car il ne reste plus rien d’affreux dans la vie quand on a parfaitement compris qu’il n’y a pas d’affres après cette vie. Il faut donc être sot pour dire avoir peur de la mort, non pas parce qu’elle serait un événement pénible, mais parce qu’on tremble en l’attendant. De fait, cette douleur qui n’existe pas quand on meurt, est crainte lors de cette inutile attente !

Ainsi le mal qui effraiele plus, la mort, n’est rien pour nous, puisque lorsque nous existons la mort n’est pas là et lorsque la mort est là nous n’existons pas. Donc la mort n’est rien pour ceux qui sont en vie, puisqu’elle n’a pas d’existence pour eux, et elle n’est rien pour les morts, puisqu’ils n’existent plus. Mais la plupart des gens tantôt fuient la mort comme le pire des maux et tantôt l’appellent comme la findes maux. Le philosophe ne craint pas l’inexistence, car l’existence n’a rien à voir avec l’inexistence, et puis l’inexistence n’est pas un méfait. »
(Epicure, Lettre à Ménécée)

Plan :

Introduction

I/ Les inconvénients de la crainte de la mort
II/ La mort est l’absence de douleur
III/ Le philosophe ne craint pas la mort

Conclusion

Commentaire

Le thème de la mort est une desgrandes problématiques de la philosophie. Elle est d’abord crainte car elle signifie la fin de l’existence humaine mais elle peut aussi être pensée comme un moyen pour ne plus souffrir. Dans le texte, Epicure développe le thème de la peur des gens face à la mort. Sa thèse est qu’il ne faut pas craindre la mort car elle n’est rien pour nous.
Il vise à nous démontrer que la peur de la mort estinjustifiée et que les gens ne pourront pas vivre pleinement leur existence tant qu’ils l’a craindront.
C’est là tout l’intérêt du texte : Faut-il craindre la mort ?
Nous allons répondre à cette question en commentant le texte d’Epicure, en étudiant dans un premier moment les inconvénients de la crainte de la mort (L. 1 à 6) ; dans un second moment la mort est absence de douleur (L.6 à 12) et dansun troisième moment le fait que le philosophe ne craint pas la mort (L. 12 à 15).

Premièrement Epicure explique que la mort n’est rien pour nous, il n’y a pas de sensation dans la mort, donc pas de bien et de mal. Il n’est donc pas utile d’en avoir peur car s’il on vit dans la crainte de mourir tout au long de notre existence, on n’en jouira pas pleinement. Il ne faut pas penser à soi-mêmeen vue d’une fin mais profiter de la vie tant que l’on peut. D’ailleurs ce que dit Epicure peut faire penser à l’étymologie du mot « diverti » : « divertire » c’est-à-dire détourner son attention de la mort. C’est là la théorie de plusieurs philosophes de l’Antiquité : ne pas se soucier de la mort et profiter de sa vie jusqu’à la fin de sa propre existence.
De plus, nous pouvons dire que le texted’Epicure est toujours d’actualité, lorsqu’il dit : « on cessera de l’augmenter (la vie mortelle) d’un temps infini » (L.4), cela peut se référer à un exemple actuel. Quand une personne a eu un accident et qu’elle est dans un profond coma, qu’elle souffre, et que sa famille désire la garder envie dans le but de prolonger son existence bien qu’elle ait de minces chances de sortir du coma, c’estavant tout pour l’éloigner de la mort le plus possible, de retarder son échéance car sa famille craint la mort. Au lieu de laisser partir cette personne, ils augmentent sa vie mortelle d’un temps infini.
Le temps infini concerne aussi la vie dans l’Hadès (Dieu des enfers) : tous les morts (bon ou mauvais) étaient conduits dans le monde sous-terrain par Hermès (messager des dieux), et c'est à leur...