Bac cine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2658 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La Symphonie « Jupiter » a été composée à Vienne en une quinzaine de jours ; elle fut terminée le 10 août 1788. L’origine de son surnom « Jupiter » reste obscure : le fils de Mozart raconta à l’éditeur londonienVincent Novello que le titre avait été imaginé par J.P. Salomon, violoniste et impresario de Londres. (sources : H. C. Robbins Landon, voir Bibliographie)
Cette symphonie, qui porte lenuméro 41, est la dernière composée par Mozart. Elle est répertoriée Kv 551 ("Köchel verzeichnis" : catalogue établi par Ludwig von Köchel, le premier à faire l’inventaire des œuvres de Mozart, et qui fut complété par la suite).
Mozart composant. Peinture du XIXe s.
La symphonie s’articule en 4 mouvements, suivant le principe classique. Le 3e mouvement « Menuet », tiré de la suite de danses, nefigurait pas dans les premières symphonies (qui comportaient 3 mouvements). Beethoven le remplaçera dès sa 2e Symphonie par le « Scherzo », plus rapide, mais dont il conservera la structure.
Premier mvt alegro vivace
ORCHESTRATION : 1 flûte, 2 hautbois, 2 bassons, 2 cors en ut (=do), 2 trompettes en ut, 2 timbales (ut/sol), les cordes

ORCHESTRATION : 1 flûte, 2 hautbois, 2 bassons, 2 corsen ut (=do), 2 trompettes en ut, 2 timbales (ut/sol), les cordes.
Le premier mouvement de cette symphonie suit le plan de la forme-sonate, avec une particularité toutefois, celle
d’employer 3 thèmes et non pas 2 suivant l’usage bithématique propre à la forme-sonate :
Le premier (A), d’une carrure classique de 8 mesures qui pose le ton principal de do Majeur :
Il se subdivise en deux : les 4premières mesures forment l’antécédent, avec un repos sur la dominante (1/2 cadence) : la phrase est suspensive. Les 4 mes. suivantes désignent le conséquent et reprennent à la dominante pour retourner dans le ton principal ; l’effet est conclusif. Notez le fort contraste établi entre a1 qui affirme par 3 fois en nuance forte (f) la même note (en tutti d’orchestre) appuyée par des triolets dedoubles croches, et a2 qui contient les passages piano (p) confiés aux cordes.

Le deuxième (B), en sol Majeur (le ton de la dominante du ton principal), plus long, en contraste avec le thème A.

Il propose un motif chromatique de 3 notes ascendantes confié aux violons I sur 2 mesures, suivi d’un dessin mélodique descendant, teinté d’espièglerie, en rythmes pointés, avec une alternance de notesliées et piquées ; relancé mes. 62 aux violons I doublés par le basson, il est étendu jusqu’à la cadence parfaite en sol Majeur. Bien qu’en deuxième position, Mozart ne réutilisera pas ce thème dans son développement.

Enfin, l’inattendu 3e thème (C), également en sol Majeur, et qui est une citation d’un air écrit la même année (mai 1788) "Un bacio di mano"
Ce thème est assez caractéristique dustyle "bouffe" : simple (il commence par répéter trois fois la même formule mélodique = C1) ; léger (alternance de notes liées et piquées) ; aérien (joué dans l’aigu) ; accompagné par les violoncelles en basse d’Alberti et ponctué de pizzicati aux altos et contrebasses. Mozart le réutilise dès le début du développement ; toutefois c’est la seconde partie de son thème (C2) qui sera variée de façonmagistrale.

— La première (se subdivise en 2) : le thème A (mes. 1 à 8) suivi d’une "fanfare" (mes. 9 à 23). Cette dernière reprend l'affirmation lancée dès la 1re mesure (rythmes pointés aux vents et percussions), ainsi que les "roulades" des cordes (en "formules-fusées"), cette fois-ci descendantes :

La 1re section aboutit à une demi-cadence (Ve degré du ton de do majeur) : unisson del’orchestre sur la note sol.
— La deuxième section (mes. 24 à 55) contient 2 parties qui reprennent les éléments de la 1re section. Retour du thème A suivi de la fanfare. La nouveauté ici est un contrechant (flûte et hautbois) superposé au thème A, qui joué piano, n’a plus la même rudesse, le même caractère annonciateur
ainsi qu’une extension du thème A utilisant la phrase a2. Puis c’est le...
tracking img