Bac es

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1311 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Rouge et le Noir de Stendhal
Extrait du livre second, chapitre XLV : les funérailles de Julien
Nous sommes ici dans l'excipit, avant son exécution, julien sorel s'est réconcilier avec Mme de Renal et a pu revivre quelques derniers jours d'amour parfait. Il lui a fait promettre qu'elle ne devait pas tenter de mettre fin a ses jours. En effet, Il voudrait qu'elle s'occupe du futur enfant demathilde de la Molle. Ce texte se situe après l'éxecution de Julien qui a été guillotiné, c'est son ami Fouqué qui s'occupe du corps, a qui il avait fait promettre d'éloigner les deux femmes de l'execution. C'est pour cela que Fouqué s'étonne de voir arriver Mathilde qui n'aurait pas du voir le corps décapité de son amant. Pour la structure du texte il y a deux parties bien distinctes, la premierejusqu'à la ligne 19 se situe dans la nuit qui suit l'éxécution, et où Mathilde arrive pour embrasser la tête de celui qu'elle a aimé. Le second tableau de la ligne 20 à la ligne 38 represente l'enterrement. Les deux derniers paragraphes a partir de la ligne 39 forment une conclusion.
Le vocabulaire de la mort et un certain goût pour la mise en scène
Le prénom de Julien est très peu cité ici, età aucun moment il est appelé "le mort". Pour Fouqué, c'est son ami (ligne 2), avec Mathilde, le pronom "le" ligne 6 peut suffir, il est aussi son amant ligne 30 et 37, et l'homme qu'elle avait tant aimé ligne 24) quand il concerne Mme de Renal, il est simplement Julien (ligne 40 - 43). Il y a une volonté ici de le garder encore un peu vivant par les uns ou par les autres. La mort est évoquéeindirectement et par le moyen de sobre description "tombeau" (ligne 20), "bière" (ligne 22), "service des morts" (ligne 29), "vingts pretres" (ligne 28), "ensevelir" (ligne 36), "marbre (ligne 40), le mot "deuil" est cité une seule fois ligne 34, et il se rapporte aux vetements que porte Mathilde. La douleur est ici marquée extérieurement par la symbolique du vêtement. Le verbe "mourrir" ne vient qu'ala ligne 43, avec la mort de Mme de Renal, donc Stendhal montre une grande économie, et une grande sobriété quant à l'évocation du cadavre et du deuil. Ici, celle qui tient toute la place, c'est Mathilde. Elle a la place centrale, elle est l'actrice qui théatralise les evenements. Par exemple, elle crée un univers très illuminé, avec des cierges dans la grotte (ligne 27 - 28), elle suit lecortège dans une voiture drapée de noir, d'où elle sort comme une comédienne (ligne 34 - 35), c'est elle qui choisit un luxe exagérée pour la cérémonie, vingts pretres, on jette à la foule des pièces (ligne 34 - 35), et plus tard elle ornera le tombeau de sculpture et de marbre (ligne 40) ce qui otera tout l'aspect sauvage et romantique du lieu. Par sa seule volonté, les funérailles prennent un caractèreroyal. Son dernier geste, tenir la tete de son amant puis l'ensevelier de ses mains, et copier sur d'illustres exemples, l'histoire de Margurite de Navarre, et d'un jeune La Mole, ancêtre de Mathilde. Il avait été décapité en place de grève pour avoir été l'amant de la reine, cet épisode exalte l'imagination de Mathilde, et cristalise les vertus d'héroisme et de passion capable de l'émouvoir.Mathilde est incapable d'inspiration spontanée et copie en jouant un role, elle se met en scène. Mathilde embrasse la tete de Julien (ligne 19), la porte sur ses genoux, et l'ensevellit de ses propres mains (ligne 36), tous ces détails donnent a la scène un caractère macabre, à la limite du supportable d'ailleurs Fouqué détourne les yeux (ligne 14) et de vient "fou de douleur" (ligne 38) à la vue desgestes de Mathilde. Mais elle semble agir avec du sang froid, dans un rôle tracée d'avance, la mise en scène semble la distraire de son chagrin, pour sa douleur est bien réelle, on le note aux lignes 4 - 5, 13-14, mais elle reste digne et silencieuse. On peut dire que Mathilde joue un véritable rôle de veuve, elle cherche ici à s'approprier après sa mort, l'amant qui de son vivant lui...
tracking img