Bac une vente

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1051 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chef de rayon sec :

Ma fonction : employé libre service en parfumerie

Date de réalisation de l’opération : 24/11/08

Personne concernée : tâches effectuées en autonomie

Description de la situation : vente d’un produit de beauté

Tâches accomplies : accueil, recherche des besoins, présentation du produit, argumentation, ventes complémentaires, prise de congé.

Résultatsattendus par l’entreprise : augmenter les ventes, augmenter le chiffre d’affaire



DESCRIPTION DE L’OPERATION
Ayant reçu mes produits précédemment commandés (mardi), j’ai commencé à agencer le rayon de soins du visage.

Une cliente passe près de moi, je lui dis poliment bonjour. Ne voulant pas l’importuner, je me remets à mon travail. Cette dame effectue des mouvements de va et vient enregardant les crèmes. Je lui laisse le temps d’observer le rayon. Puis la voyant hésiter, me redressant, je lui propose mes services qu’elle accepte avec un large sourire que je lui rendis immédiatement.
« Il y a trop de produit je ne sais que choisir, je ne m’y connais pas du tout, affirme t-elle. »

Tout d’abord, je dois récolter un maximum d’informations sur les besoins de la clientepour la guider dans son achat, et qu’elle quitte le rayon cosmétique satisfaite.
Je lui demande en premier lieu: « Avez-vous une idée générale sur les fonctions des produits de beauté que vous voulez utiliser? »

La cliente me montre sa grande hésitation à l’égard du choix des crèmes anti-rides.

Pour mieux la renseigner, je lui partage alors le rayon en plusieurs parties. Je lui montrequ’il existe des crèmes pour des zones localisées (contour des yeux, front, …) ou des crèmes qui agissent sur la surface totale du visage.

Elle me montre que c’est la totalité du visage qui l’intéresse.

Je lui demande alors : « - Quel type de crèmes utilisez-vous habituellement ?
Elle me répond : - Aucune. »

Je lui montre différents formats et lui demande sa préférence : il existe des potsde crème ordinaires, des tubes, et des doseurs.

Elle m’explique vouloir rester dans la simplicité et préfère les pots classiques de crème.

Suite à ces informations, je lui présente deux marques « Diadermine » et « Nivéa » qui remplissent ses critères, et la questionne sur le budget qu’elle souhaite mettre sur ses soins.

La cliente me fait savoir qu’elle ne peutconsacrer plus de 30 euros pour son budget. Je lui désigne d’un geste de la main les produits qui oscillent entre 8 et 12 euros et qui répondent à ses besoins.

Elle me demande pourquoi les autres crèmes ne correspondent pas ?

Je lui explique qu’il serait préférable d’utiliser une crème anti-âge qui s’attaque directement aux rides de l’âge, plutôt que des crèmes qui agissent sur les traits defatigue.

Je lui pose la question : « Avez-vous une préférence entre ces deux marques?

Elle me montre une préférence pour la marque « Diadermine » : ma fille est une fervente utilisatrice de cette gamme de produits qui lui donne entière satisfaction. »

Je lui décris le produit « Expert ride 3D » jour et nuit en affirmant son efficacité et son adaptabilité à tous types de peaux. Je luiconfirme mon argumentation en citant mes sources d’information :
• la lecture d’une enquête effectuée précédemment sur un panel de 100 utilisatrices sur Internet
• des informations donné par une esthéticienne lors d’un rendez vous pour un problème de peau,
• avec l’aide de dépliants gratuits offerts par le fournisseur (ses fréquences d’applications).

La cliente m’affirme rapidement sa «fainéantise » pour prendre soin d’elle.

Je lui propose donc la crème de nuit à 9,89 euros qui par son concentré actif agit plus vite que la crème de jour. Je lui propose à part une lotion rafraîchissante de la même gamme avec qui, d’un simple passage sur le visage avec un disque démaquillant, va permettre à la crème anti-âge d’agir plus facilement sur un visage privé de toute toxine accumulée...
tracking img