Bacfrancais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Déroulement des événements
Fin janvier, les protestations commencent par la « Journée de la colère »
Le 25 janvier 2011, après plusieurs cas d’immolation par le feu[42], divers mouvements comme le Mouvement du 6 avril appellent à manifester via des pages Facebook, pour une journée de revendications politique baptisée « journée de la colère ». Le jour choisi est une fête nationale, nommée Jourde la police, en souvenir de l’insurrection de la police en 1952 qui avait abouti au départ des Britanniques[43]. Le Mouvement du 6 avril s’inspire des techniques du mouvement Otpor (« Libération ») des étudiants serbes, elles-mêmes basées sur les techniques de résistance non-violente de Gene Sharp[44]. Ces manifestations sont interdites[45],[46], ce qui n’empêche pas le regroupement d’environ 15000 personnes au Caire, dont 10 000 sur la place Tahrir[43], 2000 à Suez (70 blessés : 15 policiers, 55 manifestants), et d’autres manifestations à Alexandrie, Assouan, Assiout, dans le delta du Nil, à Ismaïlya, dans le Sinaï[47]. Des manifestants occupent la place Tahrir toute la nuit, mais ils en sont chassés au canon à eau le lendemain matin[48]. La journée fait au moins quatre morts[49].
Le 26janvier 2011, le mouvement de protestation prend de l'ampleur malgré l'interdiction faite par les autorités de manifester[50]. La police utilise gaz lacrymogènes, matraques, pierres, pour réprimer les manifestations et répondre aux jets de pierres des manifestants[42],[48]. Des affrontements ont lieu notamment devant le ministère des Affaires étrangères, après l’irruption des manifestants dans leministère. Les manifestations du 26 font au moins 6 morts (2 policiers, 4 manifestants)[48]. La Bourse égyptienne est en baisse de 5 % le matin du 26[51]
Alors que les Frères musulmans appuient les manifestations prévues le lendemain, environ 150 islamistes sont arrêtés dans la nuit du 26 au 27[52], dont 120 à Assiout[48]. Le 27 janvier 2011, une manifestation rassemble 100 000 personnes àAlexandrie[53] et des manifestants y prennent d'assaut le siège du PND, parti de Moubarak[54]. D’autres manifestations ont lieu à El-Cheikh zoyad, Al-Salom, Ismaïlia, Alexandrie, Fayoum, Shbin Elkoum, et au Caire[52], et trois roquettes sont tirées sur la police dans le Sinaï (probablement par des Bédouins) à Cheikh Zouwayed[52]. Mohamed El Baradei, prix Nobel de la Paix, fait son retour en Égypte etse propose pour assurer la transition entre le régime dictatorial de Moubarak et la démocratie[42].
Bilan des premiers jours de manifestation[modifier]
Entre le 25 et le 27, cinq manifestants et deux policiers sont tués[45],[55]. Au moins 1 000 personnes sont arrêtées pendant ces deux jours de manifestations[55],[42], tandis que le pouvoir en place tente d'empêcher l'accès aux sites de réseauxsociaux[46],[55].
La place Tahrir est le but des manifestations, et sera occupée chaque jour jusqu’au départ de Moubarak[56].
Censure des médias[modifier]
Le 27 janvier 2011 vers 22h00, Internet, largement utilisé par les militants appelant aux manifestations hostiles au régime, est coupé dans tout le pays[57]. Par ailleurs, Vodafone annonce que les opérateurs de téléphonie mobile ont reçul'ordre de suspendre leurs services[58].
Des vagues d'arrestation sont lancées ; elles touchent :
les journalistes étrangers : ainsi, quatre journalistes français sont brièvement arrêtés par la police égyptienne, des journalistes de CNN voient leur matériel détruit par la police[59], un journaliste de la BBC est matraqué et d'autres sont arrêtés[60], etc. ;
les cyberdissidents : le cas le plus connuest celui de Wael Ghonim, qui administre la page Facebook Nous sommes tous des Khaled Saïd et qui a lancé la manifestation du 25 janvier[61].
Le 27 janvier, la Fédération générale des syndicats, organisation ouvrière unique en Égypte, indique qu’elle tentera de limiter l’extension du mouvement social. En réaction, une Fédération indépendante des syndicats d’Égypte se crée le 30 janvier, en...
tracking img