Bachelard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1263 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Platon nous donne cette définition de l'opinion: "quelque chose d'intermediaire entre l'ignorance et le savoir". L'opinion est en effet une idée partielle et partiale autrement dit incomplète et subjective. Il s'agit de ces points ci que Bachelard dans La formation de l'esprit scientifique déplore, car selon lui on ne peut en aucun cas associer l'opinion à la science. Ainsi Bachelard organise sontexte en deux parties séparées comme on peut l'observer par les crochets qui contiennent les points de suspension. Dans un premier temps l'auteur ecarte entièrement la possibilité de lier l'opinion à la science car ce premier ne serait qu'une sorte de substitution à la volonté de pratiquer la science Dans la deuxième partie nous serrons invités à comprendre qu'en science les questions posées sontplus importantes que les réponses et qu'ainsi c'est le sens du problème qui forme l'esprit critique (du moins n'y a til pas de réponse sans question). En science croire et savoir sont deux tenues utilisées frequemment mais qui demandent reflexion: croire est en fait admettre une idée sans être capable de la démontrer. Quant à savoir, il s'agit d'établir une connaissance en administrant la preuveque l'on avance. La science elle exiges que les apparences soient dépassées. Elle doit être une réalité construite. En effet le fait n'aura de signification que s'il a des caractéristiques mesurables et objectives. La science doit alors substituer au monde perçu naïvement un monde construit sur des principes rationnels. Cette conquête de l'objectivité suppose l'exclusion de la subjectivitésensible puis une analyse scientifique. On peut appeler cela une desubjectivisation de la connaissance. Le "premier obstacle à surmonter " serait dès lors dépassé. La science garderait son reflet de construction continue de la raison obtenue soit par la démonstration ( mathématiques, logique) soit par observation et experimentation soutenue par la rectification d'un savoir anterieur. Les lignes deux ettrois confirment la mise à l'écart forcée de l'opinion dans la pratique de la science." L'opinion pense mal; elle ne pense pas ; elle traduit des besoins en connaissance " Ainsi ayant une opinion sur toute chose, nous arreterions de reflechir car il n'y aurait plus de problème ... L'opinion ne peut être que fausse car elle ne peut démontrer rationellement l'idée qu'elle avance, " l'opinion a, endroit, toujours tort". De même la connaissance de la combustion ne sera acquise si nous restons toujours spectateur d'une flamme, l'observation empirique n'est pas la source de la science mais un obstacle à la connaissance scientifique. Encore la connaissance des temperatures par un vecu immediat relève d'impressions subjectives et imprecises car le corps est lui même producteur de chaleur , lesrendus dépenderaient donc des individus, leur corps et leur condition "du moment". Cependant l'usage d'un outil, materiel scientifique alimenterait une donnée, par exemple le thermomètre : selon la dilatation u mercure et avec la lecture sur une echelle graduée. Ce faisant, Bachelard nous rend enclin à détruire nos opinions, chasser de notre esprit des concepts de la vie commune, des projectionspsychologiques spontanées, inconscientes du fait de nos habitudes, des "pseudos evidences" qui nous apparaissent comme étant claires et familières. Ainsi un veritable homme de science doit savoir être "cruel" avec ses habitudes car elles finissent par devenir un obstacle au progrès scientifique. Pour progresser scientifiquement, il faudrait tout remettre en question car on ne peut "rien fonder surl'opinion". Bachelard donne des solutions dans la fin de l'extrait: la science progresserait par reforme, comme le montre cette phrase " il faut savoir poser des problèmes ". En fait un fait n'a de sens en science que s'il soulève un questionou s'il permet de répondre à une question. Ces
questions, problèmes sont des faits polémiques qui vont à l'encontre des systèmes précedemment admis. Par...
tracking img