Balza

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3331 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1.Le gouvernement communiste chinois interdit l’accès à toute forme de littérature ou de presse écrite :

1.1 La diffusion des livres est interdite.
1.1.1 Luo et le narrateur se rappellent qu’avant la révolution culturelle, quelques membres de leur famille possédaient des livres, mais depuis «[i]ls ont été confisqués par les Gardes rouges, qui les ont brûlés en public sansaucune pitié […] ». (65)
1.1.2 L’accès aux livres étant interdit, Luo trouve la Petite Tailleuse « belle mais inculte ». (135) Il décide donc de se servir d’un son livre de Balzac, Le père Goriot, pour l’éduquer : « [i]l allait le lire à la Petite Tailleuse... » (135)

1.2 Lorsque l’on est en possession d’un livre, on doit le tenir caché.

1.2.1 Lorsque Luo se rendait chez laPetite Tailleuse, il portait sur son dos une hotte dans laquelle «[é]tait caché un livre de Balzac, Le Père Goriot dont le titre chinois était Le Vieux Go». (135)
1.2.2 Le narrateur, en demandant à Luo : « [t]u veux que je porte la hotte? […] d’un air désinvolte » (139) tente d’éveiller le moins de soupçon possible quant au contenu de cette hotte : « (dans la hotte, il y a Balzac) ».(139)

1.3 Il faut se cacher pour lire ces livres.

1.3.1 Luo profite de la nuit pour lire le premier livre que le Binoclard leur donne. (72)
1.3.2 Le narrateur a profité du départ du chef du village pour lire à l’abri des regards de ceux qui auraient pu dénoncer cette activité : « [il] pass[a] ainsi [s]es journées, [s]a porte plus hermétiquement verrouillée que jamais, avecdes romans occidentaux ». (136)

2. La lecture des livres interdits a des impacts considérables sur les jeunes lecteurs.

2.1 Un lien se crée entre le lecteur et le livre.

2.1.1 Le narrateur s’identifie au personnage du roman Jean-Christophe de Romain Rolland puisque celui-ci est musicien, comme lui. (136)
2.1.2 Pour être consistant, il faudrait avoir une autre citation ici.2.2 Le narrateur expérimente le pouvoir de l’interdit.

2.2.1 Le narrateur souligne d’abord un certain détachement : « [j]e fus tenté de le feuilleter, à la manière d’un flirt sans conséquence, d’autant plus qu’il était traduit par Monsieur Fu Lei, le traducteur de Balzac ». (136)
2.2.2 Mais il se rend bientôt compte qu’il s’agit d’un sentiment profond : « [j]e laissai decôté les Balzac...et tombai tout à tour amoureux... de Flaubert, de Gogol, de Melville, et même de Romain Rolland ». (136)
2.2.3 Il conclut finalement que « le flirt se transforma en grand amour ». (136)

2.3 Le narrateur est confronté à un choc culturel.

2.3.1 Le narrateur apprend grâce au personnage de Jean-Christophe, l’existence de l’individualisme et de la lutteindividuelle puisque « jusqu’à cette rencontre volée avec Jean-Christophe, [sa] pauvre tête éduquée et rééduquée ignorait tout simplement qu’on pût lutter seul contre le monde entier ». (137)
2.3.2 Le personnage expérimente l’acquisition d’un objet, un livre : « pour la première fois de [s]a vie, [il] voulut le posséder seul et non plus comme un patrimoine commun à Luo et à [lui] ». (137)2.4 La lecture permet aux jeunes en rééducation un apprentissage du monde émotionnel.

2.4.1 La lecture leur permet de découvrir « le mystère du monde extérieur, surtout celui de la femme, de l’amour, du sexe ». (135)
2.1.2 Pour être consistant, il faudrait avoir une autre citation ici.

2.5 Le livre a un impact sur l’avenir de Luo et du narrateur.

2.5.1 Le narrateur songe à ceque penserait le personnage de Jean- Christophe s’il rebroussait chemin alors qu’il est au milieu du passage étroit le menant chez la Petite Tailleuse. (142)
2.5.2 Le narrateur est soudainement conscient qu’il vient de démarrer une autre manière d’écrire son histoire, qu’il est de plus en plus maître de sa vie et des transformations qui lui sont données par les textes, d’où...
tracking img