Balzac et la petite tailleuse chinoise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1463 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Balzac et la petite tailleuse chinoise

L’auteur Dai SIJIE fait l’éloge tout au long du roman de la culture occidentale et orientale contre la barbarie qui règne durant la révolution culturelle chinoise et qui a censurée le monde artistique et supprimée beaucoup de liberté de 1966 à 1976. La culture dans le livre représente la littérature, le cinéma, la musique . Plusieurs exemples dans lelivre le montrent.

La culture est décrite de manière méliorative car elle permet aux personnages de voyager, de s’évader, de se distraire. Elle permet aux personnages de s’instruire en découvrant des civilisations différentes.
La curiosité intellectuelle à travers le cinéma les incite à parcourir réellement des centaines de kilomètres « Deux jours pour l’aller, deux jours pour le retour ». Parexemple, le narrateur et Luo qui vivent isolés dans les montages, vont pouvoir partir sous les ordres du chef à la ville « La montage du Phénix du ciel était si éloignée de la civilisation » pour voir des projections de films qu’ils raconteront ensuite aux villageois « et décida de nous y envoyer, Luo et moi ».
Les récits littéraires leurs permettent de se transporter mentalement, de s’imaginerdans d’autres modes de vie. Le narrateur, ne connaissant pas du tout la France, en lisant Ursule Mirouet , se voit très bien dans ce pays grâce à l’authenticité de ce roman « Malgré mon ignorance totale de ce pays nommé la France […] Au bout d’une journée , je me sentais chez moi à Nemours […] Même la partie sur le magnétisme et le somnambulisme me semblait crédible et délicieuse ».
C’est uneculture divertissante qui les change du quotidien « Je restai au lit jusqu’à la tombée de la nuit, sans manger, ni faire rien d’autre que de rester plongé dans cette histoire française d’amour et de miracles », « Mais dès que je l’ouvris je ne le lâchai plus ».
Elle leur fait oublier les conséquences de la Révolution culturelle : l’isolement géographique et la dureté du travail « je vous enverrai àune autre projection. Vous serez payés la même somme que si vous aviez travaillés dans les champs », leur tristesse « -Je me sens déprimé, me dit-il. Tu ne voudrais pas me jouer un air de violon ? », les mauvaises conditions de vie « et se pris à danser en tournant sur lui-même, cependant que de grosses gouttes de pluie dégoulinaient à l’intérieur de la maison, par les tuiles du toit mal jointes ».La culture est un moyen pour les personnages de rêver d’un monde meilleur, de s’échapper du quotidien.

Ce livre démontre toute l’importance de la culture, elle réunit les personnes, les rassemblent, les rapprochent en favorisant les échanges.
L’envie de connaître de nouvelles choses culturelles amène les individus à se regrouper : le narrateur et Luo arrivent en « rééducation », Leshabitants du village, poussés par la curiosité viennent voir ces deux jeunes possédant un violon « Presque tout le village était là, en bas de cette maison sur pilotis perdue au sommet de la montage. Des hommes, des femmes, des enfants grouillaient à l’intérieur, s’accrochaient aux fenêtres, se bousculaient devant la porte ». La musique apporte donc une ambiance conviviale « lorsque je tendis les crinsde mon archet, des applaudissement chaleureux retentirent soudain autour de moi ». Lorsque les adolescents rencontrent le meunier, celui-ci leur chante des refrains populaires ce qui provoquent l’hilarité collective « Nous piquâmes un fou rire, d’abord Luo, puis moi. Nous essayâmes bien de nous retenir, mais le rire monta, monta et finit par éclater. […] Tordus par le rire, Luo et moi tombâmespar terre, sans pouvoir arrêter ».
Le fait de regarder un film « sur le terrain de sport du lycée de la ville », incitent les personnages principaux à côtoyer d’autres personnes « les filles de la bourgade étaient ravissantes ». Lorsqu’ils racontent le film, beaucoup de personnes sont présentes « Bien sûr, tous les villageois y assistèrent », et partagent ensemble des sentiments « notre public,...
tracking img