Balzac et la petite tailleuse chinoise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1522 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La grande révolution culturelle prolétarienne 无产阶级文化大革命 (wúchǎn jiējí wénhuà dàgémìng), plus couramment La Grande Révolution culturelle 文化大革命 (wénhuà dàgémìng), ou simplement La Révolution culturelle 文革 (wéngé).

Suite aux conséquences dramatiques de la politique économique de Mao durant les années 1960, ce dernier quitta son poste de président de la RPC, Le Congrès national populaire a alorsélu Liú Shàoqí comme successeur de Mao. Restant aux rennes du PCC, Mao fut peu à peu éloigné de la gestion des affaires économiques du pays, qui fut confiée à une élite modérée, sous l'influence dominante de Liu Shaoqi, Deng Xiaoping et certains autres, qui entamèrent des réformes économiques. En 1966, Mao lança la Révolution culturelle, qui lui permit de revenir au pouvoir en s'appuyant sur lajeunesse du pays et en attaquant les élites moyennes alors en poste. Il consistait à éradiquer les valeurs traditionelles. C'est ainsi que des milliers de sculptures et de temples (Bouddhistes en majeure partie) ont été détruits, notamment durant la Longue Marche. Elle est surtout, pour Mao, un moyen de reprendre la direction de l'État et du Parti, dont il avait été écarté en 1959 en raison de l'échecdu programme du Grand Bond en Avant, qu'il avait initié à la fin des années 1950.

En 1966, les fameux « Gardes rouges », des groupes de jeunes chinois inspirés par les principes du Petit Livre rouge (la majeure partie des jeunesses rouges l'incorporèrent) deviennent le bras actif de cette Révolution culturelle. Les intellectuels étaient publiquement humiliés, les mandarins et les élitesbafouées, de nombreuses valeurs culturelles chinoises et de nouvelles valeurs occidentales étaient dénoncées au nom de la supériorité du peuple et de ses droits. L'expression politique se libérait par le canal des « dazibao », affiches placardées où s'exprimaient ces jeunes. Ces gardes rouges ont inspiré dans une certaine mesure les mouvements de mai 1968 qui éclatèrent un peu partout dans le monde. Unepériode de chaos s'ensuivit qui mena la Chine au bord de la guerre civile, avant que la situation soit peu à peu reprise en main par Zhou Enlai.

Le conflit croissant entre Mao Zedong et Liu Shaoqi

Liu Shaoqi decida de mettre un terme à beaucoup d'initiatives du Grand Bond en Avant, comme les communes rurales, et de revenir aux politiques économiques qui l'avaient précédé.

Grâce au succèsde ses réformes, il assit son prestige parmi de nombreux membres du parti, aussi bien au sein du gouvernement central que dans les masses populaires. De concert avec Deng Xiaoping, il commenca à planifier de retirer graduellement à Mao tout pouvoir réel et de ne lui laisser qu'une fonction représentative « d'icone de la révolution ».

Mao considérait ses anciens alliés comme corrompus par lepouvoir et « infectés » par le « révisionnisme » soviétique. Il jugeait que le principal obstacle au socialisme était l'affaiblissement de l'esprit révolutionnaire, en particulier chez les cadres du parti communiste.

Autres influences

A l'automne 1965 débute une campagne de presse visant à critiquer les milieux intellectuels et universitaires.

Le 29 Mai 1966, la première organisation degardes rouges vit le jour au sein de l'Université Tsinghua. Elle avait pour objectif l'élimination des intellectuels et des ennemis politiques de Mao.

Le 1er Juin 1966, le Quotidien du peuple, journal officiel du parti, déclarait que tous les impérialistes, toutes les personnes liées aux impérialistes ainsi que tous les intellectuels impérialistes devaient être purgés. Bientôt prit corps unmouvement destiné à purger les présidents des universités ainsi que d'autres intellectuels prééminents. Le 28 Juillet 1966, des représentants des gardes rouges écrivirent une lettre formelle à Mao justifiant de la nécessité sociale et politique de lancer des purges massives. Ainsi débuta la révolution culturelle.
La révolution culturelle

1966 : « La voie de la démocratie »

Le 8 Août 1966, le...
tracking img