Balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7666 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=BALZ&ID_NUMPUBLIE=BALZ_001&ID_ARTICLE=BALZ_001_0065

Romantisme ou classicisme ? L’image pathétique dans les « Scènes de la vie de province » par Danielle DUPUIS
| Presses Universitaires de France | L'année balzacienne 2000/1 - n° 1
ISSN 0084-6473 | ISBN 9782130524502 | pages 65 à 84

Pour citer cetarticle : — Dupuis D., Romantisme ou classicisme ? L’image pathétique dans les « Scènes de la vie de province », L'année balzacienne 2000/1, n° 1, p. 65-84.

Distribution électronique Cairn pour Presses Universitaires de France . © Presses Universitaires de France . Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoriséeque dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur enFrance. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

R OM ANTISME O U C LA SSIC IS M E ? L’IM AGE PA THÉTIQ U E D ANS LES « SC ÈN ES DE LA V IE DE PRO VIN C E »

Si l’opinion de Lousteau à propos du « roman moderne où tout se traduit par des images »1 comporte quelque ambi guïté, celle de Balzac dans son article sur La Chartreuse de Parme est claire puisqu’ilfait de l’image, avec l’élément dramatique, le tableau, la description et le dialogue, un facteur « indispensable »2 de la littérature moderne. Indispensable, l’image l’est encore plus au pathétique. Mise en scène des passions, qui doit être en mesure, pour reprendre les termes de Longin, « de les imposer, dans leur ingénuité, au regard d’autrui », de les faire « imaginer »3 ; « c’est ce feu quiinvente et qui fixe l’invention », disait aussi des images Alain4. Cependant, si, comme le fait remarquer Jean Starobinski5, la valeur mimétique de la peinture (ou de la représentation théâtrale) et sa capacité pathétique sont interdépendantes, la vérité de la représentation se jugeant en vertu de l’intensité de l’émotion suscitée et vice versa, le texte romanesque, pour aboutir au même résultat,doit passer par le détour de la rhétorique. Comment faire partager au lecteur des émotions

1. Illusions perdues, Pl., t. V, p. 443. 2. Études sur M. Beyle, Éditions Climats, 1989, p. 23. 3. Longin, Du sublime, Petite bibliothèque Rivages, 1991, p. 28. 4. Balzac dans le journal intime d’Alain, Gallimard, coll. « Tel », 1999, 26 juin 1939. 5. Jean Starobinski, Diderot dans l’espace des peintres,Réunion des musées nationaux, 1991, p. 22.
L’Année balzacienne 2000

66

Danielle Dupuis

souvent hors du commun, ou tout au moins étrangères à sa vie quotidienne autrement que par un langage analogique ? Les mots de tous les jours sont, à l’évidence, incapables de traduire des situations, des sentiments et des émotions exceptionnels dans leur nature et leur intensité. Lucienne FrappierMazurconfirme d’ailleurs cela en observant que « la densité métaphorique augmente dans les œuvres centrées sur la peinture des passions »6. Des passions qu’il faut faire comprendre, qu’il faut transposer dans un langage intelligible – on reconnaît là évidemment l’esthétique classique – mais qui devront aussi, et cela est l’essence même du pathétique, nous atteindre dans nos fibres les plus sensibles.Or, nous verrons que chez Balzac la compréhension passe justement par l’impression produite issue essentiellement d’une représentation imaginaire des hommes et du monde. Jean-Pierre Richard, dans un chapitre de Littérature et sensation, rappelle que Stendhal, reconnaissant que le contenu d’une phrase ne se limite pas à sa signification explicite mais s’achève aussi bien dans le prolongement que...
tracking img