Balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1265 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PLAN DU COMMENTAIRE LITTERAIRE DU TEXTE A

Le Lys dans la Vallée de Balzac

Ce roman d'Honoré de Balzac a été publié en 1835 : Le Lys dans la vallée est l'histoire d'un amour impossible entre Félix de Vandenesse, cadet d'une famille aristocratique, et Mme de Mortsauf, la vertueuse épouse du Comte de Mortsauf, un homme sombre et violent. La demeure des Mortsauf est isolée du reste du monde :le comte se tient à l'écart de toutes les relations de voisinages, le couple vit dans une solitude quasi complète.

COMMENTAIRE : corrigé du professeur (proposition de plan)

I. Un pèlerinage aux sources du bonheur

A. Un cheminement solitaire, une progression graduelle, une avancée pas à pas dans un paysage campagnard vers un lieu coupé du reste du monde, vers un écrin de verdure

• lehéros chemine d'un pas assuré dans la campagne tourangelle (pays des ardoisières), à quelques lieus de Chinon : traversée des « landes dites de Charlemagne », d'un plateau qui sépare le bassin fluvial du Cher de celui de l'Indre, des « landes plates et sablonneuses qui vous attristent », la plaine ondulée du pays artannais (à quelques encâblures du château d'Azay-le-Rideau), la vallée « qui commenceà Montbazon », les collines hérissées de châteaux forts et de donjons ; souci du réalisme de la description chez Balzac (une cartographie détaillée, exactitude topographique, toponymie, réseaux hydrographiques : la manie de Balzac de consigner les détails géographiques)
• une traversée des landes ennuyeuse, assommante, source d'abattement, (« l'ennui des landes », « terres en friche »), sentimentde lassitude psychologique mais aussi physique (« la fatigue du chemin »).
• Le point d'arrivée : une vallée assimilée à « une magnifique coupe d'émeraude », au fond de laquelle serpente la rivière de l'Indre ; effet de contraste (entre les paysages successivement évoqués), de discordance des sentiments : le narrateur est cette fois « saisi d'un étonnement voluptueux » (opposition entre dessensations déplaisantes et l'impression de ravissement) ;
• La description initiale ménage un effet d'attente, de retardement, le lecteur est tenu en haleine (le suspense place le lecteur dans un état d'incertitude, Balzac détourne en quelque sorte la perception du lecteur pour mieux faire surgir une nouvelle réalité).

B. L'écrin de verdure, un nid d'amoureux...

• un décor enchanteur par sabeauté et son ineffable douceur, Un lieu très agréable, une sorte de paradis terrestre, un lieu à l'image du jardin de l'Eden
• un lieu de félicité et de paix, magique, baigné de lumière : « le soleil de midi faisait pétiller les ardoises », où jaillit la vie (la métaphore périphrastique « ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil », où domine la verdure - métaphore hyperbolisante « unemagnifique coupe d'émeraude », « deux rives vertes »), les mouvements (« ces horizons estompés qui fuient en se contrariant », verbe de mouvement qui personnifie les chênaies – « les bois de chênes qui s'avancent entre les vignobles »), mais aussi et surtout les ondulations (métaphore personnifiante des « dentelles mobiles » pour évoquer le houpier des peupliers)
• cette nature luxuriante exerce unepuissance d'attraction sur le narrateur, le transporte, l'hypnotise ; un paysage déleste, propice à la rêverie amoureuse, à la songerie romantique : ce vallon est un écrin, un refuge, le seuil de déclenchement de l'extase amoureuse...

[phrase de transition vers la deuxième partie qu'on peut résumer ainsi...]

Le choc euphorique de la reconnaissance va amener Félix à laisser libre cours à sessentiments, à ses émotions...

II. Une description métaphorique : un hymne à la beauté et à l'amour

A. Une transfiguration des lieux, reflet de la comtesse, l'image de la femme aimée, une description détournée, reformulée, redessinée, un prélude au lyrisme onirique...

• Les lieux sont transfigurés, la métamorphose s'opère grâce à des métaphores filées qui assimilent la nature à la femme...
tracking img