Balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 116 (28768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Marc Lemelin

LA GRAMMAIRE

D'EUGÉNIE GRANDET

D'HONORÉ de BALZAC

AVARICE, AMOUR, JALOUSIE



1er mai-18 juin 2002

L'ÉPITEXTE (DE L'ARCHI-TEXTE)

Eugénie Grandet est paru à Paris à la fin de 1833 (même s'il est daté de 1834); le début (correspondant plus ou moins au cinquième ou au sixième du roman) avait auparavant paru dans L'Europe littéraire en septembre de lamême année. L'édition originale était divisée en six chapitres non numérotés mais titrés : «Physionomies bourgeoises» [p. 19-59, dans l'édition de poche qui servira ici de référence : Édition de Samuel S. de Sacy; Gallimard (Folio classique # 3217); Paris; septembre 2000 [1972] (288 p.)], «Le cousin de Paris» [p. 59-83], «Amours de province», [p. 83-127], «Serments d'amour» [p. 127-182], «Chagrins defamille» [p. 182-224] et «Ainsi va le monde» [p. 224-253]. Dans La comédie humaine, le roman est inclus dans les Études de moeurs, qui sont divisées en «scènes» : il fait partie des Scènes de la vie de province, comme Illusion perdue [1837-1843] et Ursule Mirouët [1841]. Dans la réédition de 1839, est apparue une dédicace : À Maria, vouvoyée : «Que votre nom, vous dont le portrait est le plus belornement de cet ouvrage, soit ici comme une branche de buis bénit, prise on ne sait à quel arbre, mais certainement sanctifiée par la religion et renouvelée, toujours verte, par des mains pieuses, pour protéger la maison» [p. 17, en italiques dans la dédicace]. Cette Maria serait «Marie ou Maria du Fresnay, née Daminois», selon le rédacteur de Sacy; femme mariée avec qui Balzac avait une liaisonen 1833 et dont il aurait peut-être eu une fille en 1834 [p. 253 et p. 271-272]. La préface de 1833 a été supprimée en 1843 : la province, où «tout passe», y était opposée à Paris, où «tout arrive», comme la campagne à la ville, mais aussi la longueur du copiste à la vivacité du conteur : s'impose «l'histoire vulgaire, le récit pur et simple de ce qui se voit tous les jours en province» [p.273-274]... La postface de 1833 a aussi été supprimée en 1843 : Balzac s'y excusait presque du dénouement de son roman ou s'en expliquait, dans une sorte d'éloge ou d'hymne à la femme, à «sa Maria», à «l'être le plus parfait entre les créatures», à «une création transitoire entre l'homme et l'ange». Cette postface fait écho à la préface et à la dédicace : «Ne fallait-il pas unir en elle ces deux naturespour la charger de toujours porter l'espèce en son coeur? Un enfant, pour elle, n'est-il pas toute l'humanité!» [p. 274-275].
-- Telle ne sera justement pas la destinée d'Eugénie Grandet!

Par les titres des chapitres, qui concernent l'espace et le temps mais aussi les moeurs, le roman pourrait être divisé en trois parties de deux chapitres chacune. Si l'on retenait la division en sixchapitres de l'édition princeps, le premier chapitre constituerait l'introduction et le dernier, la conclusion. Mais, selon la grammaire du texte, l'ouvrage peut être segmenté en trois séquences. La séquence initiale, où il y a topicalisation, se termine à la page 44 : «La description des autres portions du logis se trouvera liée aux événements de cette histoire; mais d'ailleurs le croquis de la salle oùéclatait tout le luxe du ménage peut faire soupçonner par avance la nudité des étages supérieures». Il y a un débrayage spatio-temporel, par une prolepse, et un (em)brayage actantiel, par un démonstratif présentatif (anadéictique), de la part de l'énonciateur ou de l'observateur. Le début de la macro-séquence centrale consiste en une focalisation et un triple débrayage (temporel, actantiel etspatial) tout de suite après : «En 1819, vers le commencement de la soirée, au milieu du mois de novembre, la Grande Nanon alluma du feu pour la première fois»; cette séquence se termine à la page 249, avec la confrontation des deux sujets. La séquence finale, où il y a sanction du sujet, est donc très brève et elle débute par une sorte de résumé, de sommaire : «Le président était parti. Trois...
tracking img