Bancarisation en rdc

INTRODUCTION
0.1 Mise en contexte

La bancarisation se définit comme la proportion de la population titulaire d'un compte en banque. Il s’agit entre autres du compte de banque, des moyens de paiement scripturaux et du crédit. Dans les pays en développement (PED), ces services sont peu accessibles aux agents économiques qui sont contraints de rechercher des alternatives auprès des institutionsde microfinance. Cette situation constitue un handicap lourd pour un véritable essor économique.
Elle est mesurée par un indice appelé taux de bancarisation. Cet indice traduit le niveau de pénétration des services bancaires et financiers dans le pays ou la région concernée.

Parlant de la RDC, Le constat est de la Banque centrale du Congo, les Congolais n’ont pas accès aux services offertspar les banques, selon la BCC. 

Sur une population estimée à 67 millions de personnes, il n’aurait eu que 750 mille comptes actifs en république démocratique du Congo. Ce qui traduit le faible taux de pénétration bancaire dans le pays.

Voulant traduire en acte l’ambitieux et le prestigieux programme de la révolution de la modernité, le premier ministre Matata Ponyo, ainsi que son gouvernementva instaurer le mécanisme de la bancarisation de paie des agents de la fonction publique.
A travers cet acte, le gouvernement pense contribuer à l’amélioration  du niveau de bancarisation, maîtriser les effectifs des agents et  fonctionnaires de l’Etat et la masse salariale, écarter les fictifs, bloquer la pratique maffieuse et toute la bande des magouilleurs, ainsi permettre aux agents etfonctionnaires de l’Etat de recevoir la totalité de leur paie. C’est cette hypothèse qui fait l’objet de notre travail.

0.2 Problématique

Comme tous les pays en voie de développement, la RDC fait face à un problème de faible bancarisation de sa population. La monnaie fiduciaire occupe une place de choix dans les habitudes financières.
L'épargne des ménages n'est pas réellement mise àcontribution pour le financement des activités économiques, car en grande partie thésaurisée. Cela est dû d’une part par le manque d’un revenu réel pour sa survie et d’autre part par le manque de confiance aux institutions financières de la place vu la crise survenu vers les années 90. Il est donc important, voir nécessaire de créer les conditions favorables à une utilisation du financement bancaire ou dufinancement direct (à travers les marches financiers). La première de ces conditions est la Bancarisation de masse des populations. Elle permettra, au-delà de la sécurisation des avoirs et des transactions, de créer un climat de confiance entre les établissements de crédit et les populations qui pourront ainsi recourir à leurs relations bancaires pour assurer le financement de leurs activitéséconomiques.

En effet, l'avantage premier de la bancarisation est la sécurisation de l'épargne des populations. Particulièrement pour le cas de la RDC, ceci entre aussi dans le cadre du programme de la révolution de la modernité où, la paie de fonctionnaires de l’Etat se fera par voie bancaire. Une nouveauté à laquelle doivent désormais s’habituer les fonctionnaires de l’Etat en RDC.

De cequi précède, nous tirons la principale préoccupation de notre travail qui se décline en ces termes : « qu’est- ce - qui a motiver l’Etat congolais à bancarisé la paie de ses fonctionnaires »?
Pour y parvenir, il est nécessaire de répondre aux sous-questions suivantes :
* Quel entendement les fonctionnaires congolais ont de la bancarisation ?
* Quelle est la réaction de fonctionnairecongolais face à cette initiative ?
* Cette initiative présente-t-elle des inconvénients ?
0.3 Hypothèses
Des trois objectifs spécifiques découlent les hypothèses suivantes :
* H1 : une hypothèse ne doit pas être formulée sous forme d’une question car c’est une réponse provisoire.
* H2 : Contrairement à certaines personnes habituées à la magouille, ce processus est salué par l’ensemble...
tracking img