Bancassurance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3715 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Décollage difficile de la bancassurance en Tunisie |[pic] | |
|Avec une contribution de 4,6% au chiffre d’affaires global du secteur des assurances, la bancassurance reste encore |
|embryonnaire en Tunisie. Les produits commercialisés restent très complexes. |
|Par Walid Kéfi, Tunis|
|  |
|Institutionnalisée en 2002 avec l’amendement du code des assurances, la bancassurance occupe toujours une place marginale |
|dans le marché tunisien des assurances. A la fin de l’année dernière, les primes émises par lesecteur ont atteint 44,3 |
|millions de dinars (1 dinar = 0, 54 euro), selon les statistiques de la commission de contrôle des assurances au Ministère |
|des finances. La part de la bancassurance dans le chiffre d’affaires global du secteur des assurances s’est ainsi située à |
|4,6% en 2008. A titre de comparaison, cette part s’est établie à plus de 20% au Maroc au cours du mêmeexercice. |
|  |
|73 accords de distribution |
|Soucieuses de diversifier leurs sources de revenus, treize banques tunisiennes ont jusqu’ici conclu 73 accords de ||distribution avec quatorze compagnies d’assurances motivées par les perspectives de renforcement de leurs portefeuilles |
|clients. « Ces accords ont fait passer les produits d’assurances commercialisés dans les guichets de banque d’une dizaine en|
|2003 à 83 produits couvrant tous les segments de l’assurance de personnes, du crédit et des risques agricoles à la fin |
|2008 »,précise Souheila Chabchoub, présidente de la commission de contrôle des assurances. Mieux, trois importantes |
|institutions bancaires ont adopté d’autres modèles de développement de la bancassurance. La deuxième banque privée du pays, |
|Amen Bank, a préféré la stratégie de groupe en commercialisant les produits des compagnies Comar et Hayett, détenues |
|majoritairement par sa maisonmère, le groupe Al-Amen. La Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) et la Banque de |
|l’habitat ont, quant à elles, adopté la stratégie de la filialisation, en créant respectivement les compagnies |
|BIAT-Assurances et Salim. |
|Des produits complexes|
|En dépit de cette offre diversifiée qui a transformé les agences bancaires en « one stop shop » où le client obtient des |
|réponses à l’ensemble de ses besoins financiers, de nombreux produits, en dehors de l’assurance vie, demeurent quasiment |
|boudés par les clients des banques malgré leurs prixintéressants. Environ 95% des primes émises par les bancassureurs en |
|2008 proviennent des produits assurance vie liés aux crédits. |
|Le secteur pâtit essentiellement de la complexité des produits offerts, selon une enquête sur l’acceptabilité de la |
|bancassurance réalisée en 2007 auprès d’un échantillon représentatif desTunisiens bancarisés. Cette étude a révélé que près|
|de 60% des clients de banque sont insatisfaits des produits de la bancassurance en raison de leur complexité. |
|Les assureurs reconnaissent, de leur côté, qu’ils peinent à se défaire de la sophistication en terme de technicité. |
|« Généralement, les compagnies d’assurances ne font pas preuve d’assez d’innovation pour...
tracking img