Basilique santa maria della salute venise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1900 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Basilique Santa Maria della Salute



Histoire :



La Basilique Santa Maria della Salute est l’une des plus imposantes églises baroques de Venise (il fallut d’ailleurs abattre une forêt entière pour fabriquer les pilotis qui la soutiennent). Située à l'extrémité sud du Grand Canal, à la pointe du sestiere de Dorsoduro.




La sacristie renferme de nombreux tableaux, dontles célèbres "Noces de Cana" du Tintoret.
Dès la fin de 1631, le doge Contarini et le Sénat confièrent le projet à l’architecte Baldassare Longhena. Elle fut édifiée en accomplissement d’un vœu fait à la Vierge, alors qu'une épidémie de peste commencée dans l'été 1629 décimait près d'un tiers de la population en deux ans. La construction commença en 1631 et le monument fut inauguré en 1681.Cependant, la construction ne s'acheva qu'en 1687, 5 ans après la mort de l'architecte. Il y aura consacré 50 années de sa vie.
Depuis 1687, se déroule une cérémonie religieuse restée très populaire, la Fête de la Salute .

Architecture:

1-L'extérieur :

L'architecte Baldassare Longhena a conçu la basilique de forme circulaire, surmontée par une ample coupole que soutiennent huitpilastres, pour symboliser la couronne de la Vierge (en même temps qu’elle constitue une adaptation ingénieuse aux contraintes posées par la configuration des lieux).
La spectaculaire ornementation extérieure joue avec élégance et originalité, les orechionni ("grandes oreilles" en italien)sont des volutes en spirale coiffées de 125 statues qui assurent la transition entre le dôme et les façades. Lafaçade principale, dont la structure générale, de claire inspiration palladienne, est enrichie par une profusion d’éléments décoratifs, se dresse au sommet d’un large escalier ; avec son haut portail sculpté, dont le tympan est surmonté d’une statue de la Vierge, communique un sentiment de majestueuse grandeur. Sur la lanterne qui surmonte le dôme, une statue de la Vierge tient un bâton de « capitainede mer ». Au sommet de la deuxième coupole( plus petite) trône une statue de Saint-Marc.
Sous la basilique se trouverait près d'un million de pieux en bois pour soutenir sa structure colossale.



2-L’intérieur :

L’intérieur de la basilique, d’une plus grande sobriété, est fortement éclairé par les seize fenêtres du niveau supérieur. Le corps central suit un plan octogonal, dont lescôtés s’ouvrent sur six chapelles latérales et la sacristie.
Le maître-autel, sculpté par Juste Le Court, met en scène plusieurs figures allégoriques : Venise, symbolisée par une jeune femme richement parée, rend grâce à la Vierge ; la Peste, que représente une hideuse vieillarde, est chassée par un angelot ; Neptune et le Lion de saint Marc veillent sur la Sérénissime République, tandis que ledoge Contarini observe la scène de loin. Toutes ces figures sont disposées autour d’une icône byzantine du XIIe siècle, la Vierge Mesopanditissa, que le doge Morosini avait rapportée de Candie en 1672.
La décoration peinte du monument est tout aussi remarquable que sa décoration sculptée. Trois tableaux de Luca Giordano comptent parmi les plus importants de ceux qu’il réalisa lors de son séjourvénitien. Le plafond de l’abside est recouvert de fresques de Salviati. Enfin, la sacristie abrite plusieurs tableaux de Titien, parmi lesquels une Conversation sacrée avec les saints Roch et Damien, un Sacrifice d’Abraham, et David tuant Goliath.
Les motifs du pavement en marbre convergent vers un centre formé de cinq roses qui, jointes à celles qui forment un cercle plus grand, évoque lerosaire. La phrase latine inscrite au centre signifie que l’origine même de Venise lui assure santé et salut. La tradition veut en effet que la ville soit née le 25 mars de l’an 421, jour de l’Annonciation, c’est pourquoi la Sérénissime est placée sous la protection de la Vierge.
Sur la droite de l’entrée, les trois chapelles sont ornées de retables peintes par Luca Giordano sur l’histoire de la...
tracking img