Baudelaire - analyse de correspondances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1379 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.
Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.
II est desparfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens

Analyse de Correspondances :
Le manifeste poetique de Baudelaire

Probablement le poème le plus connu deBaudelaire (ou bien le poème le plus cité dans les anthologies de la poésie française et dans livres scolaires, grâce à sa nature de programme), Correspondances contient presque tout les éléments fondamentaux de sa poésie. Certes, il n’y a pas d’images, de sentiments et de sujets typiquement baudelairiens : c’est surtout un poème philosophique qui examine les rapports entre ce monde-ci, le milieuréel, et les symboles qui représentent le milieu surnaturel qu’il faut déchiffrer et saisir. Mais si on veut comprendre la poétique de Baudelaire (et, d’ailleurs, du symbolisme en général) et découvrir le sens plus élevé de ses poèmes, la clé est ici.
Le sonnet Correspondances montre l’influence de philosophes et mystiques que Baudelaire a lus : de Platon avec sa fameuse doctrine qui le mondeterrestre n’est qu’un reflet du monde suprême des idées, parfaites et immuables, à Swedenborg qui écrivait que toutes les choses qui se trouvaient dans la nature étaient en correspondance les unes avec les autres. Baudelaire a pris ces théories en les transformant en son credo artistique : si on essaie de découvrir les correspondances entre les symboles et les objets indiqués par ces symboles, onsera, peut-être, un pas plus proche à deviner le Sens (de vie, de nature, de Dieu, d’existence humaine, et caetera – la recherche du Sens était une notion fondamentale pour les écrivains depuis toujours, même s’ils ne voulaient que montrer que le Sens n’existait pas).
Le poème commence par le motif de la Nature (et attention, c’est la Nature avec la lettre majuscule) qui signifie le mondeterrestre. Baudelaire nous dit que ‘la Nature est un temple’ – et le motif du temple, avec toutes les couches de signification qu’il possède, est essentiel pour comprendre le poème. Un temple, c’est à la fois l’endroit où on communique avec Dieu, une notion religieuse universelle et une association assez directe à la Grèce ancienne. En égalisant ces deux motifs, Baudelaire souligne que chaque coin de laTerre est sacré de la même manière qu’un temple est sacré, que Dieu est présent toujours et partout et que le contact entre l’homme et Dieu est totale et incessant. Le motif de vivant piliers ressort de la notion du temple – les piliers vivent car tout est vivant dans l’espace sacré de temples, mais aussi parce que ces piliers résonnent des voix des prophéties laissant ainsi les confuses paroles,le motif qui conclut le deuxième vers. L’idée de prophéties incarnées en confuses paroles peut être interprété comme une évocation de l’Oracle d’Apollon à Delphes, car la prophète, Pythie, donnait les paroles de dieu en énigmes qu’il fallait décoder, juste comme les symboles. Le troisième vers nous apporte le motif de l’homme – l’homme universel, intemporel, dirigé vers le dieu, l’homme qui passe àtravers des forêts de symboles. En utilisant le mot ‘forêt’, Baudelaire indique que les symboles nous entourent de partout – cette forêt est noire, épaisse, on peut facilement s’y perdre. On dira même que la forêt nous fait peut : d’un côté, c’est dans cet espace sauvage que les bêtes nous chassent, et de l’autre côté, on sait que dans les temps païens les forêts étaient un lieu cérémonial,...
tracking img