Baudelaire biographie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles Baudelaire : Biographie

Charles Baudelaire est un poète Français connu à titre posthume comme l’un des plus grands écrivains de la langue française. Il est né à Paris en 1821 et est mortle 31 aout 1867.
Charles Baudelaire est le fils de Caroline Archenbaut-Defayis et de Joseph-François Baudelaire alors qu’il a déjà 60 ans. Celui-ci meurt alors que Baudelaire n’a que 6 ans, et luilègue son amour pour l’art, étant lui-même un peintre .
Sa mère se remarie une année plus tard avec Jacques Aupick, officier. Ce mariage choquera beaucoup Baudelaire qui voit en lui l’obstacle à laseule chose qu’il aime, sa mère.
Charles Baudelaire a eu un parcours scolaire chaotique, Du collège de Lyon en première et deuxième, il retourne à Paris lorsque son beau-père est élu colonel. Il estinscrit au collège Louis-le-Grand où il redouble sa troisième. En Quatrième, il remporte le second prix de vers latins à un concours.
Renvoyez de son lycée pour une broutille, Baudelaire s’oppose à laBourgeoisie incarnées par sa mère et son beau-père. Il réussit de justesse son Bac, ce qui déplu fortement à Aupick, qui l’envoya une année en Inde.
De retour à Paris, il tombe amoureux de JeanneDuval, qui deviendra sa muse.
Endetté, il est placé sous contrôle judiciaire, et connait, dès 1842, une vie dissolue. C’est là qu’il commence à composer des poèmes pour son futur recueille, les Fleurs duMal. Devenu Critique d’Art et de Journalisme, il défend Balzac qui est caricaturé pour sa soit disant perversité.
Il participe à la révolution de 1848 pour la liberté de la presse.
Il découvreAllan Poe et devient son traducteur attitré.
Il lutte timidement avec Hugo et Flaubert contre le régime de Napoleon III.
En 1857, il publie Les Fleurs du Mal, qui reçoit un acceuil très négatif àl’image de la critique de Gustave Bourdin : « « Il y a des moments où l'on doute de l'état mental de M. Baudelaire, il y en a où l'on n'en doute plus ; —c'est, la plupart du temps, la répétition monotone...
tracking img