Baudlaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1033 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chant d'automne
Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal

* Recherche
Chercher une analyse de texte :
-------------------------------------------------
Top of Form

Bottom of Form
* Rubriques
Aidez-moi !
Forum
Avertissement
Liens
* Oral du bac de français
Méthode
Déroulement de l'oral
Matériel à apporter
Texte officiel
* Autres rubriques
Les TPE
Ecrit du bac defrançais
Maths première
Biologie première
* Pour aller plus loin
Biographie
Figures de style
Histoire littéraire
Mouvements littéraire
Vocabulaire première
Discours rapporté
La poésie
Les registres
L'argumentation
La narration
Situation
- Chant d'automne a été publié en 1857 dans le recueil du " Spleen et Idéal " (Les fleurs du Mal) de Charles Baudelaire.
Thèmes

- Spleen etIdéal
- Amour
- La mort
- Les saisons
Style et structure
- Fait de 7 quatrains, vers alexandrins, et rimes croisées.
- En 2 parties majeures (I et II) ou 7 strophes.

Lecture du poème

Télécharger Chant d'automne - de Baudelaire en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...") - Lu par Janico - source : litteratureaudio.com

Chant d'automne

I

Bientôt nous plongerons dansles froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être: colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche quitombe
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

II me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? - C'était hier l'été; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

II

J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre coeur! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

Courte tâche! La tombe attend - elle est avide !
Ah! laissez-moi,mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l'été blanc et torride,
De l'arrière-saison le rayon jaune et doux !

Les Fleurs du mal - Spleen et Idéal - Charles Baudelaire |

Etude Linéaire
- Au premier mot, on apprend que quelque chose va arriver.
- Nous plongerons : le poète attire l'attention du lecteur.
- La première strophe avec ses mots ténèbres, Adieu, et chocs funèbreslaissent penser à la mort.
- vers 4 : ce vers montre une image du bois que nous utilisons pour le chauffage, une image qui représente l'hiver.
- A la 2ème strophe, le saut soudain, le passage de l'automne à l'hiver est très rapide, et inattendu.
- Vers 5-6 : enjambement.
- Ces mots représentent l'humeur caricaturée de l'hiver, la vision de cette saison où il fait froid et mauvais (exemple :haine - peur de la maladie, ou horreur - la mort…).
- Labeur dur et forcé : On a l'impression de travailler plus et quand on finit il fait nuit, il faut gagner assez pour se payer le bois…
- Enfer polaire : oxymore ; le soleil est chaud, lumineux mais l'hiver, bien que toujours là, la chaleur et la lumière n'atteint plus les hommes, arrêtée, enfermée par le froid.
- Vers 8 est la premièreallusion à l'amour.
- Vers9 : chaque bûche qui disparaît dans le feu, c'est de l'argent qui part, de la chaleur en moins.
- Vers 10 : métaphore au vers 9 qui compare la mort d'une pendaison, le bruit du claquement de la tête et de la corde quand elle se tend est pour le poète le même bruit de la bûche qui tombe pour brûler. C'est dû à l'importance que prend un morceau de bois ; il est non seulement...
tracking img