Baudrillard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2355 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Baudrillard : simulacre et simulation


Simulacre et simulation

Un simulacre désigne une apparence qui ne renvoie à aucune réalité sous-jacente, et prétend valoir pour cette réalité elle-même. Selon Baudrillard, un simulacre est, avec ses propres mots la « vérité qui cache le fait qu'il n'y en a aucune ».

Exemple de simulacre :
Dans le chapitre " Du Nihilisme ", Baudrillard faitremarquer que, lorsque la toute-puissance de Dieu ne peut être ressentie qu'à travers l'icône qui le symbolise, l'icône religieux devient le produit de remplacement de l'idée de Dieu. Ainsi, le simulacre devient tout-puissant dans la conscience humaine, et suggère chez le croyant l'idée qu'au fond, Dieu n'a jamais existé, que seul le simulacre existe.
Maintenant, nous allons vous expliquer leprincipe de la simulation selon Baudrillard.
La simulation n’est autre que l’expérience que l’on fait d’un fait ou d’une chose qui pourrait être réel. C'est-à-dire, c’est l’expérience qu’on se fait du simulacre.

Par exemple, les pilotes de ligne qui pour se mettre en confiance, s’entraîner et acquérir de l’expérience, s’entraînent sur des simulacres. Ils font donc une simulation de vol.

SelonBaudrillard, les sociétés se sont tellement reposées sur ces simulations, se sont à tellement construites sur la base de ces signes de la réalité, qu'elles en ont perdu le contact avec le monde réel. Le simulacre, d'abord reconnu comme représentation du réel, s'est vu multiplié, systématisé par la naissance de l’industriel, contribuant à brouiller les repères entre l'image et ce qu'elle représente(ce qu'elle simule), jusqu'à ce que, " dans la société postmoderne, le simulacre ne finisse par précéder et déterminer le réel. "

Le désert du réel

Selon Baudrillard, on peut définir le désert du réel comme le désespoir que l’on a face à la réalité, le fait de ne pas savoir voir les choses en face tel qu’elles sont et de ne pas les accepter. Et ce désespoir aboutit à l’hyper réalitéL’hyper réalité

L’hyper-réalité caractérise la façon dont la conscience interagit avec la réalité, tout particulièrement quand la conscience perd sa capacité a distingué la réalité de l’imaginaire et commence à s’engager avec ce dernier (l’imaginaire) sans comprendre ce qu’il fait. Elle s’introduit alors dans le monde de l’hyper réel. La nature du monde hyper réel se caractérise par uneamélioration de la réalité.
Selon Baudrillard le monde dans lequel nous vivons a été remplacé par une copie du monde, nous y recherchons donc des stimuli (Un stimulus est une information qui parvient à notre cerveau via nos sens. Le stimulus peut être interne (la température du corps, la faim, la douleur) ou externe (une image, la lumière, un son, une odeur, etc.). ...) simulés et rien de plus.Autrement dit, « La simulation de quelque chose qui n’a jamais réellement existé » ; Jean Baudrillard

La consommation, parce qu'elle dépend de la valeur-signe (par exemple, une marque X montre que untel est à la mode, la voiture Y que untel est riche), peut être vue comme un facteur contribuant à la création de l’hyper réalité ou de la condition hyper réelle. L’hyper réalité trompe la conscienceen la détachant de tout engagement émotionnel réel. A la place, elle opte pour des simulations artificielles et des reproductions sans fin d’apparences fondamentalement vides. Par définition, on trouve mieux l’épanouissement ou le bonheur dans la simulation et l’imitation d’un simulacre de la réalité, plutôt que confronté à une réalité "réelle".

Exemples :

I. Un lieu hyper réel, tel qu’uncasino à Les Vegas, donne au sujet l’impression qu’il marcher dans un monde imaginaire où tout le monde est en train de jouer. Le décor n’est pas authentique, tout est copie, l’ensemble ressemble à un rêve. Le casino, en revanche, encaisse l’argent et ceci n’est pas un rêve, mais on est plus disposé à dépenser lorsque la conscience ne comprend pas réellement ce qui se passe. Autrement dit, bien...
tracking img