Beaudelais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le lecteur est surpris notamment par la multiplication des sujets : Je, tu, on, vous. De sorte que la question de l’énonciation lyrique est posée de façon déroutante : qui parle à qui… et de quoi ?Plus précisément, le texte est traversé de figures à la fois précises et incertaines : « Quelqu’un », « un autre », « deux matelots », des « femmes sombres », « tous les regards de tous les yeux », «les ombres »… Le NOUS et le TU restent incertains, aussi bien que le ON.
Mais l’adresse est assez insistante, le questionnement assez répétitif pour laisser entendre l’un des enjeux pathétiquesd’Alcools : la quête de l’autre. Le dialogue ne s’installe pas : il est troublé : les questions et les invocations restent sans réponse. L’univers de références du texte est lui aussi incertain, trèsflou…

Cependant, les lecteurs érudits et attentifs [3] ont pu observer dans cet apparent désordre nombre d’éléments qui renvoient à des détails précis de la vie d’Apollinaire : évocation de son voyageau Luxembourg, de sa vie au Vésinet, le détail de la « chaîne de fer » (Apollinaire portait depuis son enfance une chaîne ornée de médailles pieuses), le couple de matelots habillés de bleu et deblanc comme Guillaume et son frère portant des costumes marins…
Mélange donc d’autobiographie cachée, de fiction, de chanson d’ivresse triste… Le souvenir y prend une valeur « transindividuelle ». Onpourrait presque parler de « mondialisation » du moi. Apollinaire prend soin de maintenir un flottement référentiel, énonciatif, qualitatif… Ainsi les adjectifs ne cernent-ils pas le substantifauquel ils s’appliquent (exemple « femmes sombres » : tristes, liées à la nuit, prostituées, noires de peau, voilées par l’obscurité du souvenir – ou « auberge triste » ainsi qualifiée par hypallage, toutcomme « troupeau plaintif des paysages »…
Ces imprécisions favorisent le désancrage : le sujet paraît se laisser emporter au fil de l’eau et du temps. ; il est victime d’une déliaison...
tracking img