Beckett

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2211 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Samuel Beckett
“Rien n’est plus drôle que le malheur, c’est la chose la plus comique du monde”
I) Ses racines

Samuel Beckett nait à Dublin en 1906. Après une enfance passée dans une famille irlandaise et protestante de classe moyenne il s’établit à Paris en 1937. Il eut une enfance troublée. Notamment par une relation complexe avec une mère sévère. Ceci lui vaudra une psychanalyse avecl’Anglais Wilfred Bion, des séjours à Paris et des retours en Irlande.

II) Ses débuts et la Seconde Guerre Mondiale

. NOTES: C’est donc à Paris qu’il rencontre James Joyce ainsi que d’autres artistes d’avant- garde, dont il s’inspire. Il écrit son premier texte après la mort de son père, Murphy. Pendant la guerre il s’engage dans la Résistance et rejoint le Vaucluse qui lui doit son deuxièmeroman, Watt. Il y invente la figure de clochard, qu’on retrouvera constamment plus tard. Puis, il retourne à Paris, où il se met à une rédaction sérieuse de nombreux romans et pièces de théâtre. Ceci donnera naissance à Premier amour, Molloy...
Entre 1947 et 1950, Beckett, dans l’après coup de sa psychanalyse et de la Seconde Guerre Mondiale, écrit, dans un monde dévasté par la foliemeurtrière et le génocide, sa trilogie romanesque composée de Molloy (1947-1948), Malone meurt (1948) et L’Innommable (1949), ses grands chefs-d’œuvre qui, avec En attendant Godot (1948), sont les seules œuvres qu’il ne reniera jamais. Cette véritable naissance à l’écriture reviendra souvent dans ses textes et ses entretiens, sous la forme d’une révélation qui a lieu en Irlande. En 1946, il retourne enIrlande auprès de sa mère, et c’est à ce moment que se produit le bouleversement. “ Jusque-là j’avais cru que je pouvais faire confiance à la connaissance. Que je devais m’équiper sur le plan intellectuel. Ce jour-là tout s’est effondré. J’ai écrit Molloy et la suite le jour où j’ai compris ma bêtise. Alors je me suis mis à écrire ce que je sens.” L’obscurité que jusqu’alors il s’était efforcé derefouler, devait devenir son inspiration créatrice.

III) Une renommée mondiale

C’est en 1953, lors d’une représentation de sa pièce En attendant Godot, qu’il acquiert sa renommée mondiale. Par la suite il Samuel Beckett consacre sa carrière à des textes courts. Son œuvre, austère comme un monologue intérieur, exprime l’impossibilité de vivre en sachant la finitude de l’existence.

IV) Lemouvement dans lequel il s’est inscrit, son genre

Le théâtre de Samuel Beckett rompt avec le théâtre traditionnel qui met au cœur de la représentation l’action, le conflit psychologique, menés jusqu’au dénouement. Ses personnages sont le contraire du héros tragique. Ils sont soit insignifiants ou clochards, évoluant dans un décor presque inexistant : un fossé, une route avec un arbre, despersonnages enfoncés dans des poubelles, ou dans un mamelon de terre, jusqu’au dépouillement le plus extrême des pièces plus tardives, le bouche féminine et sa voix dans le noir de Pas moi, 1972 et ainsi de suite jusqu’au silence même.
Comme dans les romans, ses protagonistes ont des corps défaillants, dissolution du corps suppléé par la voix tandis que le reste des occupations se réduit à des gestes sanssignification, dans une attente sans espoir et à jamais recommencée. La dimension du néant, de la mort, l’inexistence de tous sentiments lyriques, un pessimisme radical sur la condition humaine confèrent à son théâtre une dimension métaphysique. Beckett affirme que, contrairement à la littérature classique, il ne veut pas donner une image rassurante de l’homme, et d’avoir été précédé en cela pard’autres : Schopenhauer ou Leopardi, même si son pessimisme va plus loin.
NOTES: Pas vraiment d'intrigue, un décor austère et millimétré, des didascalies en rafale et des personnages pour le moins antipathiques. Bienvenue dans le joyeux univers beckettien, absurde selon les uns, simplement inclassable selon les autres. Pourtant, au royaume des fous, la déraison a du coeur. Que la raison,...
tracking img